©Scaramanga Silk - photo presse

Un obscur disque de breakbeat se vend 34 000€ : mais comment en est-on arrivé là ?

Un acheteur incon­nu a encore prou­vé les som­mités que peut attein­dre la recherche de galettes rares : il a bat­tu le record du disque le plus cher jamais ven­du sur Discogs dans une enchère.

Scara­man­ga Silk est prob­a­ble­ment un nom qui ne vous dit rien. Pour­tant, un des morceaux de ce pro­duc­teur Bri­tan­nique s’est ven­du à plus de 41 095 dol­lars (presque 34 000€) sur Discogs fin décem­bre, rejoignant le club très sélect’ des dis­ques ven­dus les plus chers du monde. Sor­ti en 2008 et édité à seule­ment 20 exem­plaires, cet enreg­istrement ne com­porte qu’un seul track appelé “Choose Your Weapon” de 5:30 min­utes. Le vinyle, qui ne s’é­tait pour­tant jamais ven­du aupar­a­vant sur le site, a large­ment dépassé le record du disque le plus cher de la plate­forme, précédem­ment détenu par le très recher­ché (et soit-disant mau­dit) Black Album de Prince à 27 500 dollars.

Je crois qu’au­cun disque ne mérite de val­oir autant d’ar­gent.” – Scara­man­ga Silk

Scaramanga Silk

Le fameux vinyle ven­du 34 000€

Les util­isa­teurs de Discogs se sont aus­sitôt enflam­més dans les com­men­taires de la page dédiée à la sor­tie. Cer­tains y voient une fausse vente avec, der­rière, une opéra­tion de pro­mo­tion, ou encore une nou­velle tech­nique de blanchi­ment d’ar­gent via la plate­forme. Scara­man­ga Silk lui-même pense alors à une blague d’un de ses amis lorsqu’il reçoit un mes­sage l’aler­tant de cette vente excep­tion­nelle. Pour­tant, le site n’a pas démen­ti l’in­for­ma­tion et l’a aus­sitôt ajouté à sa liste des 100 dis­ques les plus chers jamais ven­dus sur le site. Mais qu’est-ce qui peut jus­ti­fi­er une telle somme ?

Un objet de collection

Objet de col­lec­tion méga-rare. Jamais joué, con­di­tion neuve. Numéroté 02/20. Con­tient la feuille d’in­fo, le disque signé, l’art print signé et le CD.

La descrip­tion du vendeur est élo­quente, il s’ag­it de faire appel à la fièvre du col­lec­tion­neur, tout comme cer­tains phi­latélistes payent des tim­bres à des prix mirobolants. De plus, Discogs explique que “Choose Your Weapon” est une pro­mo, c’est-à-dire une copie envoyée en avant-première et en exem­plaires lim­ités aux DJs ou aux radios. Ces pro­mos (nor­male­ment envoyées gra­tu­ite­ment aux médias) sont rares et leur con­fère automa­tique­ment de la valeur alors même que l’en­reg­istrement est sou­vent le même que celui des­tiné au grand pub­lic. Cela est d’au­tant plus valide lorsque le nom­bre de copies est numéroté à la main, comme c’est le cas de “Choose Your Weapon”. Chaque copie devient unique par le numéro qui lui est attribué et prend une valeur quasi-fétichiste, au-delà de la musique.

 

À lire également
2020 : les 10 disques les plus chers vendus sur Discogs

 

Néan­moins cette vente reste excep­tion­nelle, voire inex­plic­a­ble. Dub­plates et autres test press­ings rares sont mon­naie courante dans la musique élec­tron­ique, ceux-ci peu­vent facile­ment attein­dre les cen­taines d’eu­ros mais crèvent rarement le pla­fond du mil­li­er. L’ex­pli­ca­tion la plus prob­a­ble est avancée par l’artiste qui y voit “un lien spé­cial entre l’a­cheteur et le disque.” Le nom de l’a­cheteur est d’ailleurs gardé secret sur Discogs, impos­si­ble donc de le con­tac­ter pour lui pos­er la question.

Scara­man­ga Silk a lui-même déclaré à Discogs : “Je crois qu’au­cun disque ne mérite de val­oir autant d’ar­gent”. Et il n’a pas touché un seul cen­time de cette vente.

(Vis­ité 1 576 fois)