Une nuit avec… Sound Pellegrino

Extrait du numéro 89 de Tsu­gi, févri­er 2016.

Qui dit album col­lec­tif, dit fête col­lec­tive. Pour la sor­tie de la com­pi­la­tion mixée SND.PE VOL.05, toute l’équipe de Sound Pel­le­gri­no s’est rassem­blée pour l’événement, l’occasion de suiv­re les fon­da­teurs Teki Latex et Orgas­mic.

17 h 40 : Comme les invités Doline et Koy­ote sont des copains, on arrive à peu près au dernier moment au stu­dio Dai­ly­mo­tion pour ani­mer l’émission Over­drive Infin­i­ty. L’occasion de par­ler du CD mixé de Sound Pel­le­gri­no sor­tant ce jour-là, sur lequel ils ont tous deux un morceau. Nos proches et ceux du label sont égale­ment là, on finit par être une trentaine de per­son­nes avec des bières et un petit apéro ital­ien qui traîne dans un coin.

20 h : L’émission se ter­mine, on est tous très con­tents. Cer­tains ont une petite faim, on se dirige alors vers un restau­rant ital­ien pas loin du stu­dio Dai­ly­mo­tion, Le Cherche Midi, entre nou­veaux et vieux amis. C’est un peu notre can­tine après Over­drive Infin­i­ty, donc on se retrou­ve là-bas, on mange, très bien en l’occurrence. Puis sur place on croise Louis Gar­rel, qui est en très bonne com­pag­nie à la table voi­sine, on l’a con­nu via Para One à l’époque d’Institubes, notre ancien label.

23 h : Un van vient nous chercher, direc­tion le Show­case. La soirée débute à 23 h 30, c’est tou­jours un moment ingrat, on se demande si les gens vont venir. Finale­ment, le pub­lic arrive. C’est Orgas­mic qui se lance en pre­mier avec de l’afrobeat, pas celui de Fela Kuti, mais sa nou­velle déf­i­ni­tion, de la dance music panafricaine. Ain­si, que du rap à 100 bat­te­ments par minute, de la côte Ouest majori­taire­ment et tou­jours du R&B old-school. C’est une musique qui est calme, cool, bien groovy et donc par­faite pour com­mencer.

00 h 30 : Teki prend le con­trôle des platines pen­dant un peu plus d’une heure. Il part sur des trucs des années 80, de New Edi­tion à du latin freestyle avec Lil Suzy, mélangés avec de la tech­no et des sons d’aujourd’hui. Le BPM aug­mente légère­ment pour arriv­er à son rythme de croisière, aux alen­tours de 130. C’est là où l’on com­mence à jouer un peu plus club, en se faisant des petits sets d’une demi-heure cha­cun, avec des moments où l’on est tous les deux aus­si en b2b aux platines.

3 h : L’heure à laque­lle on atteint les 140 BPM. C’est sou­vent ça avec Sound Pel­le­gri­no, ce n’est jamais le même rythme durant toute la soirée, ça aug­mente au fur et à mesure. Puis à par­tir d’un moment, la cab­ine de DJ se rem­plit. Lorsqu’on tourne la tête, il y a Cuizinier à gauche et à droite nos copines qui dansent. Ça devient plus un truc de fête même si on con­tin­ue de met­tre des choses plus instru­men­tales pour lier deux morceaux. Ce n’est pas une heure avec seule­ment des hits, surtout quand on voit la gueule des hits qu’on peut pass­er. Là, on joue pour des gens qui sont dans un cer­tain état d’esprit et qui atten­dent qu’on les rejoigne sur ce ter­rain. Ce qui les rend très réac­t­ifs aux morceaux de Sound Pel­le­gri­no.

4 h 30 : Pour ter­min­er, le BPM redescend à 130 en priv­ilé­giant l’expérience col­lec­tive et hyp­no­tique avec une tech­no plus mélodique. Un peu plus men­tale aus­si, comme le “8u88le” de Track ID, un peu de Doline, des choses tran­scen­dan­tales.

6 h : Cha­cun ren­tre chez soi en ayant à peine le temps de débriefer la nuit. Orgas­mic dis­paraît dans un Uber et Teki s’endort devant le cadeau de Noël tardif que son cousin Cuizinier lui a fait pen­dant la soirée : une paire de Foam­pos­ites, un mod­èle de chaus­sures rare et prisé pour lequel cer­tains Améri­cains vont jusqu’à s’entretuer. (Valentin Allain)

Snd.Pe Vol.05 (Sound Pellegrino/Barclay), sor­ti le 8 jan­vi­er. A not­er enfin que Teki Latex et DJ Orgas­mic seront le jeu­di 3 mars au Bad­aboum pour fêter les 7 ans du label Sound Pel­le­gri­no.

(Vis­ité 127 fois)