© Capture d'écran Youtube !K7

đŸŽ„ Venez explorer DĂ©troit avec !K7 et Theo Parrish dans ce joli court-mĂ©trage

Un mois aprĂšs la sor­tie du DJ-Kicks de Theo Par­rish, la pub­li­ca­tion d’un doc­u­men­taire sur sa pro­duc­tion nous fait dĂ©cou­vrir les dessous de cette com­pi­la­tion, Ă  mi-chemin entre passĂ© et futur.

Le court-mĂ©trage com­mence comme il se finit, sur du piano. Pen­dant 15 min­utes, cinq artistes Ă©changent sur le proces­sus de leur crĂ©a­tion artis­tique made in DĂ©troit. On vous par­lait dĂ©jĂ  du pro­jet aux lignes de bass­es syn­thé­tiques, accords jazzy, funk et house.

Au cƓur d’une bou­tique de vinyles, Who­dat et Sophiyah.e, Ă  l’origine de ‘’Don’t know’’ parta­gent leur recherche de nom pour leur morceau : “C’était ‘unti­tled’ (sans titre). Mais quand nous Ă©tions prĂȘtes Ă  le ren­dre, on Ă©tait lĂ  ‘c’est quoi le nom du son ?’, on savait pas donc “Don’t know”. Petit aperçu de ce que pro­pose la com­pil’ DJ-Kicks, le court film ne mon­tre pas Theo Par­rish, mais ne cesse d’illustrer sa volon­tĂ© der­riĂšre Detroit For­ward.

Pour cette com­pi­la­tion inĂ©dite, le label indĂ©pen­dant !K7 Records a demandĂ© Ă  l’artiste de men­er Ă  bien ce pro­jet. Et c’est ce qu’il a fait. En gĂ©rant la direc­tion artis­tique, le mix final et le choix des artistes ain­si que des morceaux, Theo Par­rish a eu qua­si­ment carte blanche pour prĂ©sen­ter Ă  un grand pub­lic, ce que pro­pose l’underground de DĂ©troit.

 

“Quelque chose qui dĂ©fie les limites et les attentes”

Kess­wa, la chanteuse qui pose sa voix sur ‘Chas­ing Deleri­um’ aux cĂŽtĂ©s de Nova zaii, expose sa vision de la musique dans la Motor City. Pour la native de DĂ©troit “c’est un lieu oĂč beau­coup d’artistes vien­nent pour avoir une expĂ©ri­ence spir­ituelle [
] On est dans une ville noire oĂč les per­son­nes vien­nent pour expĂ©ri­menter quelque chose de nou­veau et quelque chose qui dĂ©fie les lim­ites et les attentes. Il y a un tel manque de vis­i­bil­itĂ© que c’est comme si on Ă©tait sur une Ăźle, on se sent dans une bulle tem­porelle”.

Ian Fink rĂ©sume en une sim­ple phrase ce que reprĂ©sente son morceau Moo­lite : “C’est 8 min­utes de ce Ă  quoi ressem­ble un mer­cre­di soir typ­ique Ă  Detroit”. Le pianiste nous offre les 4 derniĂšres min­utes en musique venue tout droit du Michigan.

(Vis­itĂ© 289 fois)