© Jordan Magnee

Vitalic à l’Accor Arena : « Cela va être à la fois énorme et minimal »

par Tsugi

Cette fois c’est bon. Le same­di 12 mars prochain, après le report dû à la covid, Vital­ic va enfin pou­voir fêter ses 20 ans de car­rière en grande pompe. Pour une soirée aus­si impor­tante, le choix de l’Accor Are­na, une salle à laque­lle peu d’artistes élec­tron­iques osent s’attaquer, sem­ble idéal. Ses dimen­sions spec­tac­u­laires sont à la hau­teur de sa musique et des deux puis­sants albums qu’il a eu le temps d’enregistrer durant la pandémie, Dis­si­daence Episode 1 et 2. La curiosité pour ce con­cert est d’autant plus forte que Pas­cal Arbez-Nicolas s’est tou­jours entouré des meilleures équipes pour retran­scrire en effets lumineux bluffant le souf­fle de sa musique. Et pour que la fête soit plus explo­sive encore, Kas:st et le Louisah­hh live band vont faire mon­ter la tem­péra­ture en pre­mière par­tie. A une semaine de mon­ter sur scène Vital­ic a répon­du par mail à nos ques­tions en prenant soin de ne pas trop en dévoil­er pour ne pas spoil­er un show qui s’annonce dantesque.

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par VITALIC OFFICIAL (@vitalicofficial)

Dans quel état d’esprit es-tu à quelques jours de mon­ter sur scène à Paris ? Que représente cette date pour toi ? 

Pour chaque sor­tie d’album, la pre­mière parisi­enne est tou­jours à part. Un mélange d’excitation et de stress. C’est ce mélange qui fait aus­si tout le charme du challenge.

Pourquoi avoir choisi l’Accor Are­na pour fêter 20 ans de carrière ? 

On a choisi l’Accor Are­na pour mar­quer le coup de l’anniversaire des 20 ans du pro­jet Vital­ic. On va le faire une fois et une seule.

Les lumières et les dis­posi­tifs scéniques de tes shows sont sou­vent spec­tac­u­laires, avec quelle équipe as-tu tra­vail­lé pour cette date si spé­ciale et à quoi faut-il s’attendre ? 

J’ai mis en place le show avec l’équipe qui avait tra­vail­lé sur la scéno­gra­phie du précé­dent live. C’est tou­jours dif­fi­cile de décrire un con­cert en quelques mots, mais c’est le change­ment dans la con­ti­nu­ité. Le show reprend les élé­ments des tournées précé­dentes, qui sont adap­tés aux nou­velles direc­tions de l’album — c’est-à-dire plus indus­triel, plus froid et tech­no. C’est à la fois énorme et min­i­mal. L’idée c’est de rester com­plète­ment libre pen­dant mon jeu avec les machines, tout en ayant une syn­chro­ni­sa­tion ultra inci­sive qui racon­te la musique.

© Jor­dan Magnee

Quels sont les Lives élec­tron­iques qui t‑on le plus impres­sion­né et éventuelle­ment inspiré ? 

J’ai vu The Chem­i­cal Broth­ers à Bercy juste avant la pandémie. Ce n’était pas la pre­mière fois, je les ai sou­vent croisés en fes­ti­val. Mais dans cette salle, j’ai trou­vé le show vrai­ment incroy­able. La scéno­gra­phie pre­nait toute son ampleur, mais aus­si le son à la fois très fort et précis.

Est-ce que vous avez eu le temps de roder le show sur scène ou est-ce que cela sera « sans filet » à cause du covid ? 

Ce sera sans filet… Nous n’avons pas pu faire de dates avec le show com­plet à cause des annu­la­tions. Cela ren­tre dans l’aspect “stress” de la pre­mière ques­tion… Mais il n’y a pas le choix, il faut faire avec, et nous avons été bien pré­parés en rési­dence. Ça donne pas mal d’adrénaline.

À lire également
Vitalic : “Le vrai talent c’est prendre des risques, rechercher la créativité”

Est-ce que tu as un rit­uel avant de mon­ter sur scène ? 

Oui j’ai quelques petits rit­uels, mais rien de très sig­ni­fi­catif. En loge, je préfère rester seul et me pré­par­er dans le calme. Je réfléchis aux pas­sages clefs du con­cert en faisant les 100 pas. Plus tard, une fois en bord de scène j’allume une cig­a­rette et je ren­tre en scène sans rien dire quand je le sens. L’ambiance générale avec l’équipe est silen­cieuse, con­cen­trée et enthousiaste.

Par­mi tous les con­certs et DJ set que tu as don­né, est-ce qu’il y en a un qui t’a par­ti­c­ulière­ment marqué ? 

Ce sont sou­vent les pre­mières fois qui mar­quent. Mon pre­mier Zénith ou mon pre­mier Olympia sont des dates que j’affectionne énor­mé­ment. L’Accor Are­na aus­si sera une pre­mière fois.

Com­ment est-ce que tu imag­ines les 20 prochaines années de ta carrière ? 

Dif­fi­cile à dire, mais je serai cer­taine­ment tou­jours musi­cien. Je me suis ren­du compte durant les deux ans d’arrêt for­cé que je n’étais vrai­ment pas prêt à me poser.

Les places pour le con­cert de Vital­ic à l’Ac­cor Are­na sont à réserv­er ici.
Et pour patien­ter d’ici-là, on revoit les images de la précé­dente tournée :

(Vis­ité 2 017 fois)