Wild Beasts — Boy King

Alors que les Bri­tan­niques s’accordaient la part du lion sur Smoth­er et son “Lion’s Share”, les Wild Beasts de Boy King se présen­tent dans la peau d’un “Big Cat”. Un change­ment d’échelle qui accom­pa­gne un virage esthé­tique, où les voix siamoi­ses, mais non jumelles, de Tom Flem­ing et Hay­den Thor­pe lais­sent plus de place aux instru­men­ta­tions. Portées par le syn­thé, ces sonorités appa­rais­sent plus dépouil­lées qu’avant. Sur le plan vocal, on retrou­ve tou­jours la voix grave et pro­fonde du bassiste (Flem­ing) d’un côté et celle, plus sin­gulière, de son col­lègue dans les aigus. Mais si Hay­den Thor­pe usait allé­gre­ment de son tim­bre de falset­to sur Lim­bo, Pan­to et Two Dancers, ses excur­sions vocales vers l’inattendu sont ici plus dis­crètes. Ain­si les fans de la pre­mière heure pour­ront se sen­tir trahis par des digres­sions plus pop comme le sin­gle “Get My Bang”. Néan­moins, “He The Colos­sus” se présente comme le meilleur des deux mon­des, l’ancien, expéri­men­tal, et ce nou­veau, fon­cière­ment pop. L’album revient ain­si vers des ter­ri­toires plus fam­i­liers, alors que “Pony­tail” s’installe directe­ment comme un clas­sique. N’attend-on pas d’un groupe qu’il évite le sur place ? 

(Vis­ité 225 fois)