Skip to main content
© send_tawa
23 mai 2023

30 ans du Teknival : Et si on arrêtait de diaboliser les teufs ?

par Vicky Pozzobon

Pour les 30 ans du Teknival, plus de 20 000 festivaliers venus de toute l’Europe ont débarqué dans la commune de Villegongis. Bien qu’illégal, c’est un rendez-vous annuel immanquable pour toute la communauté tekno. Repris à outrance dans les médias, ce festival suscite des débats passionnés et « trop » souvent controversés !

La grand-messe de la tekno était de retour après 4 ans d’absence pour le plus grand plaisir des teufeurs. Une foule bigarrée s’est donnée rendez-vous du 18 au 22 mai dans l’Indre, unie par une même envie : danser et vibrer au rythme de la musique. Dans ce melting-pot musical l’excitation est palpable, et les différentes scènes disséminées sur le site offrent une programmation éclectique ! Allant de la trance, à la drum and bass, RAW, hardcore… En passant même par des genres plus expérimentaux, les amateurs de tekno ont de quoi être comblés. 

 

teknival

© talesofrave

Il est important de souligner que malgré le statut illégal de l’événement, la sécurité n’est pas négligée. Des équipes de la protection civile et de secouristes bénévoles sont présentes pour veiller au bien-être des festivaliers. Par la mise en place de stands et messages de prévention, les organisateurs font leur possible pour sensibiliser à l’importance d’une consommation responsable et d’un comportement respectueux envers les autres. Loin des jugements et des préjugés (vus en masse dans les médias mainstream), le Teknival est un lieu où règne un fort esprit de tolérance. Dans cette communauté soudée, sourires, échanges chaleureux, respect des autres et de l’environnement sont omniprésents. C’est grâce à cet esprit de solidarité que les organisateurs ont réussi à mettre en place deux heures de pause par jour, où chacun est invité à contribuer au nettoyage total du site. Patrice Bardot, directeur des rédactions de Tsugi Magazine est intervenu sur BFMTV pour déconstruire les idées reçues que le grand public se fait régulièrement sur le Teknival et les teufs de manière générale :

 

 

Si la grande première a eu lieu en 1993 à Beauvais, et qu’on fête désormais les 30 ans de cette manifestation musicale, la culture teuf semble se perdre, ce qui inquiète nombreux sound-systems et fervents de tekno : « avant le Covid, on trouvait des teufs tous les week-ends, c’était comme se rendre en boite de nuit pour nous » explique un des participants du Teknival. « Désormais c’est la chasse du chat et de la souris, c’est presque devenu dangereux autant pour les teufeurs que pour les policiers, on est heureux et fier que ce festival se soit bien déroulé ! » On reste conscient que cet événement est illégal, c’est pourquoi il est essentiel de garder un comportement responsable. Mais comme pour le propriétaire et de nombreux teufeurs présents, il est réjouissant de savoir que cet anniversaire finit sur une note positive ! 

Visited 153 times, 1 visit(s) today