Ziak dans le clip de "Raspoutine"

5 artistes qui font la drill en France

Né à Chica­go autour de 2008, la drill est ce nou­veau genre de rap qui, après l’An­gleterre, est en train de con­quérir la France. Sur la scène rap céfran, cer­tains artistes se sont emparé de ce son qui a déjà subi plusieurs muta­tions en pas­sant des US au UK.

En 2013 avec son album Or Noir, le rappeur français Kaaris expor­tait com­mer­ciale­ment en France un nou­veau courant musi­cal, la drill, tout droit venu de Chica­go et changeait la face du rap français. En 2020, l’in­ter­prète de “Zoo” con­tin­ue à faire par­ler de lui à tra­vers ce courant. Toute­fois, dans cet inter­valle de sept années, les choses ont bien changé. De Chief Keef ou Young Chop et la scène du South Side de Chica­go (d’où est née la drill autour de 2008) aux Lon­doniens des groupes OFB ou 67, le genre s’est méta­mor­phosé. Si les textes vio­lents, crus, et la cul­ture très dévelop­pée du gang sont tou­jours là (ce qui en fait l’un des gen­res musi­caux les plus dan­gereux pour Scot­land Yard), la présence de caiss­es claires aux rythmes effrénées et de 808 s’est imposée outre-manche. À cette nou­velle ryth­mique, des artistes de Brook­lyn comme Pop Smoke vont ajouter plus de mélodies et des gestuelles dansantes virales, repris­es par exem­ple par Kaaris et Frang­lish sur le remix de “Mau­vais garçon”, pour faire de ce sous-genre un courant plus pop­u­laire encore. Depuis, le cock­tail a fini par séduire les têtes d’af­fiche et rappeurs fran­coph­o­nes déjà instal­lés comme Hamza, SCH, Leto ou Kekra.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ce dernier cité a teasé la sor­tie du titre “Date­just”, issu de la réédi­tion de son pro­jet Free­base 4, par une vidéo tournée à Lon­dres. L’am­biance très som­bre et le goût pronon­cé pour le choquant ont par­ticipé à l’ex­plo­sion du courant en Grande-Bretagne. Ce courant a per­mis a de nom­breux jeunes rappeurs français de s’in­viter sur le devant de la scène rap française et ces rappeurs ont per­mis à la drill de véri­ta­ble­ment se faire une place en France. Si cer­tains rappeurs ont repris les codes plus fes­tifs de Pop Smoke et con­sorts, la nou­velle scène sem­ble plus inspirée, autant musi­cale­ment que dans le style et les gim­micks, par ce qui se fait de l’autre côté de la Manche.

  • Gazo

Par­mi eux, on retrou­ve Gazo. Le jeune rappeur d’o­rig­ine guinéenne s’est fait con­naître suite à la série de morceaux “Drill FR”. Sur le deux­ième de la série, Gazo a repris la prod du Lon­donien AXL Beats, util­isée par le défunt Pop Smoke sur le tube “Dior”. Puis il a invité le mem­bre du 667 Freeze Cor­leone sur “Drill FR 4″, qui est directe­ment devenu l’un des morceaux les plus impor­tants de l’as­cen­sion du courant en France. Les gim­micks de Gazo, son rap cadencé et la puis­sance qu’il dégage, font de lui l’un des rook­ies à sur­veiller de près.

  • Freeze Cor­leone

Le co-fondateur du 667 n’a pas per­cé grâce à la drill. Il a d’abord fait ses gammes avec notam­ment les pro­jets F.D.T et Pro­jet Blue Beam. Mais, depuis quelques mois, en posant sur des pro­duc­tions de drill bri­tan­nique au tra­vers de col­lab­o­ra­tions bien sen­ties et de titres de plus en plus pop­u­laires, il s’est instal­lé comme l’un de ses meilleurs ambas­sadeurs en France et pour­rait devenir l’un des prin­ci­paux insti­ga­teurs de son développe­ment.

  • Ashe 22

Le rappeur franco-algérien Ashe 22 est l’un de ceux qui représen­tent le mieux la drill en France. Instal­lé à Lyon, le mem­bre du col­lec­tif Lyon­zon fait son trou grâce à son flow som­bre et ses paroles crues, exposant le vécu d’un jeune homme passé par la prison. Il expli­quait aux Inrocks que c’est un voy­age à Lon­dres qui l’a “con­ver­ti”, avec les autres mem­bres de Lyon­zon, à la drill. Depuis, il a sor­ti le pro­jet Movie Tape, sur lequel on retrou­ve son titre “Bracelet” pro­duit par Flem.

  • Ziak

Les rappeurs français n’ont pas atten­du la drill pour se mas­quer. Dans la même veine que Kekra, Népal ou Siboy, Ziak dis­simule son iden­tité à tra­vers dif­férents types de masques, pour rester anonyme et coller à l’im­agerie drill anglaise. Reprenant tous ses codes, Ziak s’est fait con­naître par le morceau “Raspou­tine” et son clip lugubre avec des couteaux pen­dant au pla­fond.

  • FLEM

Pour clô­tur­er cette liste, il était impos­si­ble de ne pas men­tion­ner le beat­mak­er FLEM. Dans la lignée de 808 Melo ou AXL Beats, il pour­rait devenir le pro­duc­teur phare de la drill en France. Il est notam­ment der­rière le remix de “Wel­come To The Par­ty” par Freeze Cor­leone, “Bracelet” d’Ashe 22 ou “Drill FR 4” de Gazo. Avant ça, il avait déjà pro­duit pour les mem­bres du 667 dont Freeze Cor­leone sur Pro­jet Blue Beam ou Osirus Jack.

Si vous en voulez plus, check­ez égale­ment 1Pliké140, Negri­to, CZ8, Chivas Gang, PSO Thug et Leto, SKG

 

(Vis­ité 11 391 fois)