Skip to main content
12 novembre 2018

A voir : « Embrace » le clip explosif d’Agoria sur la brutalité du cadre militaire

par Corentin Fraisse

« Nous sommes les anges de cette terre, et ses démons« . Pour faire suite à son EP Boomerang, Sébastien Devaud alias Agoria dévoilait il y a un mois le single « Embrace », inspiré par les sons de son frigo. Un titre aux origines étranges pour une composition calme, loin du terrain de jeu habituel du producteur français. Il dévoile aujourd’hui un clip fort réalisé par Jessy Moussallem, qui aborde un sujet bien moins léger, plus engagé que la musique qui l’accompagne : la militarisation de l’être humain. Duo de choc pour un cocktail explosif.

Des bruits de coups de feu, d’obus qui tombent et d’avions qui rasent le sol : malgré sa douceur portée par la voix de Phoebe Killdeer, « Embrace » annonçait déjà la couleur. C’est là que le choix de Jessy Moussallem est apparu comme une évidence pour s’occuper du clip. « Elle seule pouvait délivrer le bon message autour de ce titre, avoue Agoria. Sa capacité à défendre des sujets engagés, le tout en poésie, m’éblouit. » Réalisatrice libanaise formée à l’Académie des Beaux-Arts, elle a notamment signé le clip de « Roman » imaginé pour le groupe Mashrou’ Leila -qu’on avait adoré à Rock en Seine-, véritable ode à la femme arabe… Puis le film Heart Of Sky pour l’album de Damian Lazarus & The Ancient Moons, qui dressait un portrait des communautés cultivant et récoltant le haschisch rouge au Liban. Dans la vidéo de « Embrace » d’Agoria, elle présente de jeunes soldats entraînés à tuer, à sacrifier leur vie. On les suit dans l’intimité de leur quotidien et leurs entraînements harassants dans un décor désertique. « Mon oncle a été tué à l’âge de 22 ans, deux jours avant Noël en décembre 1983, alors qu’il se battait pour une milice pendant la guerre civile au Liban, explique-t-elle. En grandissant et en écoutant des histoires sur lui et ses camarades, j’ai questionné la militarisation des êtres humains. » Cela donne un clip puissant qui traverse les thèmes de la masculinité, du sacrifice et de la brutalité du cadre militaire, avec toujours la même poésie.

 

Visited 8 times, 1 visit(s) today