Skip to main content
26 septembre 2018

A voir : « Quand tout le monde dort », vibrant documentaire sur les free parties

par Corentin Fraisse

« Ce soir, je ne dors pas« . Le réalisateur Jérôme Clément-Wilz s’est faufilé dans le monde secret et sans sommeil des free parties parisiennes, ces soirées clandestines -car illégales- organisées dans des lieux souvent abandonnés, toujours originaux et intrigants. Il en a fait un documentaire : le long-métrage Quand tout le monde dort, présenté en avant-première au Red Bull Music Festival Paris et désormais disponible en ligne en intégralité (juste en-dessous). « Une ode à la vie, au courage, à l’amitié aussi » selon l’intéressé.

Jérôme Clément-Wilz assure qu’il est « entré dans le documentaire par effraction » (dans une interview pour Brain). Le clip, c’était son idéal. Il en réalise deux pour Odezenne, les poignants « Novembre » et « Matin« . En parallèle, il s’essaie aux documentaires, dont les primés Etre cheval et Un baptême du feu, sortis en 2015. Après s’être invité dans 120 battements par minute de Robin Campillo -où il joue le rôle d’Etienne- Jérôme unit ses passions dans Quand tout le monde dort, plongée intimiste en caméra embarquée dans un monde libre, rythmé par les fêtes clandestines. Pendant plusieurs mois, jour et nuit, il a suivi les membres du collectif formé par la tribu Le Pas-Sage, jusque dans les entrailles d’Île-de-France. En à peine une heure de film, il dresse le portrait criant de vérité d’une génération en quête de sens, guidée par des rêves de liberté sans cesse grandissants. Il voulait montrer « des gens en résistance à côté d’une société cadenassée« , qui organisent des soirées dans la sécurité et le respect des lieux investis, éloignés de l’hédonisme vide de sens. Cela donne un documentaire vibrant, criant de réalisme et immensément poétique pour retrouver le sens de la fête, sans Jean-Pierre Bacri.

Quand tout le monde dort est à voir ici.

Visited 76 times, 1 visit(s) today