A voir : Rone lâche le clip poétique de “Mirapolis” pour teaser son EP de remixes

Voy­age au cen­tre de l’alter(-ego). Près d’un an après la sor­tie de Mirapo­lis, Rone dévoile le superbe clip ani­mé du titre-phare de son six­ième album… La meilleure manière de pré­par­er le ter­rain avant l’ar­rivée de l’EP Mirapo­lis (Remix­es) qui sor­ti­ra le 5 octo­bre chez Infiné. Pour réalis­er ce clip enchanteur, le pro­duc­teur parisien a eu la bonne idée de faire appel à l’il­lus­tra­trice Aurélie Cas­tex, qui n’est autre que sa soeur. “Mais pourquoi n’ai-je pas fait un clip avec elle plus tôt? Nous avons gran­di ensem­ble, avec les mêmes influ­ences, le même goût pour l’ab­surde, le rêve et le fan­tas­tique.” S’é­car­tant quelque peu du psy­chédélisme de “Origa­mi” et de la verve lan­goureuse de “Wave”, les images de “Mirapo­lis” présen­tent un garçon minus­cule per­du au milieu de la folie cita­dine, rapi­de­ment embar­qué par une jeune fille qui va lui faire explor­er des mon­des mer­veilleux. On plonge avec eux dans les pro­fondeurs marines où ils croisent nom­bre de curiosités, on grimpe à une échelle pour les suiv­re jusque sur la Lune… On les regarde par­courir l’e­space à bord d’un avion en papi­er, lorsqu’ils sont avalés par un homme à lunettes géant ‑qui ressem­ble étrange­ment à Rone- avant un Big Bang final.

J’ai rarement été autant en har­monie avec l’un de mes clips, explique Rone. Pour celui-ci, j’aime à penser qu’on ne sait plus si la musique a été com­posée pour l’im­age ou l’inverse”. Pré­cisé­ment : les sons et bruitages accom­pa­g­nant les illus­tra­tions d’Au­rélie Cas­tex s’in­cor­porent à mer­veille dans le son vire­voltant de son frère, juché quelque part entre tech­no et elec­tron­i­ca. Les per­son­nages ond­u­lent aux rythmes des claviers col­orés et du beat lanci­nant, on est très vite pro­jeté en enfance par ce clip féérique… Une balade intro­spec­tive, sat­inée et mou­ve­men­tée.

Dans l’EP prévu pour le 5 octo­bre, Rone s’of­fre le luxe de con­vi­er trois poin­tures pour autant de nou­velles ver­sions de ce titre très “fête foraine” : le Berli­nois d’adop­tion Matias Aguayo, le pape français de la tech­no Lau­rent Gar­nier et Johannes Brecht. On vous laisse patien­ter en (ré-)écoutant le remix du pro­duc­teur alle­mand.

(Vis­ité 593 fois)