Skip to main content
©Sacha Vatkovic
13 juillet 2021

💿 Album du mois : IrĂšne DrĂ©sel, gourou de la techno

par Simon Brazeilles

C’est l’album du mois du Tsugi 142 : Kinky Dogma d’IrĂšne DrĂ©sel, sorti chez Room Records.

Chronique issue du Tsugi 142 : MUSIQUE & DROGUE, histoires stupéfiantes, disponible en kiosque et en ligne.

« Soyez les bienvenus » : ces trois mots, rĂ©sonnant en Ă©cho dĂšs les premiĂšres secondes de l’album, paraissent si simples mais rĂ©sument Ă  eux seuls tout le voyage qui est sur le point de dĂ©buter. Ils ne vous rappellent rien, vous ĂȘtes sĂ»rs ? Non, ce n’est pas FIP. Non, ce n’est pas de l’ASMR. Non, ce n’est pas la voix d’une hĂŽtesse de l’air vous accueillant sur un vol Paris-Los Angeles. À l’image de Midsommar, ce film dans lequel une cĂ©rĂ©monie suĂ©doise pour le solstice d’étĂ© tourne (trĂšs) mal, IrĂšne DrĂ©sel vous accueille Ă  bord d’un voyage envoĂ»tant. En rĂ©flĂ©chissant deux secondes Ă  l’univers de la productrice, qualifiĂ© de « techno florale » Ă  de (trop) nombreuses reprises, il n’y avait pas plus logique comme suite Ă  Hyper Cristal. Rien qu’en regardant la pochette, grandement inspirĂ©e par le long-mĂ©trage d’Ari Aster, on voit Ă  quel point cela se marie avec ce qu’on connaĂźt de ses lives en peignoir satinĂ©.

 

À lire Ă©galement
L’efficacitĂ© maximale du nouvel album d’IrĂšne DrĂ©sel et sa “techno florale”

 

Artwork

Comme une gourou de la techno, pieds nus dans un champ de fleurs, elle vous crĂ©e un chemin vers son antre de lumiĂšre. PrĂ©parez-vous, le voyage dure prĂšs d’une heure et sept minutes. Ça peut parfois rebuter, ça peut faire peur, mais, honnĂȘtement, tout est tellement maĂźtrisĂ© qu’on ne voit pas le temps passer. Il faut remercier les boucles progressives, de plus en plus envoĂ»tantes et les percussions, de plus en plus retentissantes. GrĂące Ă  ce savant mĂ©lange, les titres deviennent rĂ©ellement entĂȘtants, au point qu’il arrive de continuer Ă  les entendre aprĂšs coup. On va se coucher, on fait sa vaisselle, on prend le bus, mais ça rĂ©sonne encore, ancrĂ© en nous. « Vestale » en est l’exemple le plus frappant : avec ses rires Ă  peine perceptibles, les murmures sont en fait le titre du morceau prononcĂ© Ă  l’envers, comme la musique au cours de la cĂ©rĂ©monie masquĂ©e dans Eyes Wide Shut, dernier film de Stanley Kubrick. Oui, encore un film bizarroĂŻde aux rituels dĂ©rangeants !

©Sacha Vatkovic

À noter : si nous en savons autant sur les inspirations derriĂšre Kinky Dogma, c’est grĂące Ă  un dossier de 63 pages (!) incluant influences artistiques, explications titre par titre et narrations des prochains clips. Les Beaux-Arts, ça ne s’oublie pas ! Mais pas besoin de grands mots pour se laisser happer par cet univers Ă  la croisĂ©e du sacrĂ© et du paĂŻen. Il n’y a qu’à fermer les yeux, lĂącher prise et se laisser emporter. Les bases ont Ă©tĂ© posĂ©es dĂšs le dĂ©part : vous ĂȘtes les bienvenus et vous serez vraiment bien accompagnĂ©s tout au long du voyage. Mais ça veut dire quoi tout ça ? Adieu la techno florale, place Ă  la techno enchanteresse ? Et si on arrĂȘtait les qualificatifs et qu’on se laissait plutĂŽt envoĂ»ter, tout simplement ? Chaque voyage est unique, le vĂŽtre sera diffĂ©rent de celui de votre voisin de bord et c’est ça qui en fait toute sa force. Patience, vous serez bientĂŽt aux cĂŽtĂ©s des autres fidĂšles pour pouvoir cĂ©lĂ©brer tout ça en live au grĂ© des lumiĂšres nocturnes. Attention, lĂ , pas question de cadavre brĂ»lĂ© vif dans un costume d’ours, seulement du tapage de pied intempestif.

❏

Retrouvez plus de chroniques dans le Tsugi 142 : musique & drogue, histoires stupéfiantes, en kiosque et en ligne

Cliquez pour acheter

Visited 192 times, 1 visit(s) today