Skip to main content
© DR / DR / Maxime Ballesteros
17 novembre 2023

AndrĂ© 3000, ANGILINAZULI, Structures, EG… Les projets de la semaine 💿

par Sasha Abgral

Profitez-en, car cette semaine est placĂ©e sous le signe de la quantitĂ©. On s’est dit qu’il fallait vous partager le plus de musique possible. Alors on a prĂ©parĂ© nos oreilles, appuyĂ© sur « play » et passĂ© de -plus ou moins bons- moments avec AndrĂ© 3000, Eddy de Pretto, ANGILINAZULI, Charlotte Cardin, BLANCO VERDE, EG, Jaakko Eino Kalevi, Waajeed, Structures et Trunkline.

 

AndrĂ© 3000 – New Blue Sun

C’est le retour du gĂ©meau originel. Certains ont pu ĂȘtre surpris de voir que la moitiĂ© du lĂ©gendaire Outkast allait sortir un album, 17 ans aprĂšs, son premier en solo. Dans le mĂȘme temps, tous ont Ă©tĂ© Ă©tonnĂ©s de voir qu’il s’agirait d’un album d’instruments Ă  vent. Reste Ă  comprendre qu’il s’agit de bien plus. DĂ©jĂ  responsable de l’instrument pour la BO du film A24 Showing Up (dans lequel il joue Ă©galement) en 2022, AndrĂ© 3000 invite ici Ă  dĂ©couvrir la continuitĂ© de son existence artistique. Les titres de la tracklist ne sont pas lĂ  pour aider, mais ils reprĂ©sentent les seuls mots de l’artiste Ă  propos de son Ă©tat d’esprit. « I swear, I Really Wanted To Make A « Rap » Album But This Is Literally The Way The Wind Blew Me This Time » dit-il, seulement pour le premier morceau. Le reste n’est qu’un jeu de textures surprenant, au sein duquel les mĂ©lodies sont innombrables et Ă©voluent continuellement. C’est naturellement qu’elles en deviennent des paysages de relaxation pure, allongĂ©es par les souffles.

Mais il ne s’agit pas seulement de flĂ»te : AndrĂ© 3000 est ici accompagnĂ© d’un spectre de musiciens, des percussions aux synthĂ©s. New Blue Sun est ce genre de choix qu’on n’a pas dĂ©cidĂ©, mais qui nous fait finalement adorer un certain altruisme. MĂȘme aprĂšs prĂšs de 20 ans d’ »absence ». MĂȘme si nouveau dans son propre registre, il rejoint les prises de parole personnelles des plus importants musiciens de notre gĂ©nĂ©ration. À la maniĂšre d’un 4:20 de Mike Dean, ou d’un Mythologies de Thomas Bangalter. Aujourd’hui, vous n’aurez pas rĂȘvĂ© meilleure nature. Plongeons ensemble.

 

Eddy de Pretto – Crash Coeur

Dis-moi comment tu aimes, je te dirais qui tu es. C’est d’un air purement dĂ©terminĂ© qu’Eddy de Pretto, personnage bloquĂ© entre vitesse et tendresse, raconte sa vision de l’amour sur son dernier album. MalgrĂ© la complexitĂ© du sentiment, c’est peut-ĂȘtre l’un des exercices les plus simples pour le docteur en sciences humaines, qui cite les meilleurs architectes de sa personnalitĂ© sur l’introduction « R + V » : Verlaine, Rimbaud, RuPaul
 Il le fait avec le recul qu’il faut, sans tomber dans une naĂŻvetĂ© miĂšvre. Un Ă©ventail large qui n’ouvre ses portes Ă©lectro, funk, pop, chanson française, parfois rap, qu’à Juliette Armanet pour le long baiser de « eau de vie ».

 

ANGILINAZULI – ANGILINAZULI

Imaginez faire les scĂšnes de festivals comme le Printemps de Bourges ou We Love Green, et en arriver Ă  construire le premier projet commun entre deux rappeuses françaises depuis l’émergence de ce style. C’est ce qu’Angie, fille du rap et du RnB, et Lazuli, maĂźtresse d’une esthĂ©tique club baile funk, reggaeton et trap, ont fait. ANGILINAZULI se trouve ĂȘtre un beau terrain de jeu pour les deux artistes, qui s’essayent Ă  des expĂ©riences drill, reggaeton et rap. Un EP unique oĂč le duo ne prĂ©tend rien de plus que le fait de s’amuser, et ça kicke vraiment bien. ANGILINAZULI ne refait pas le monde, mais leurs histoires personnelles et leurs messages positifs font de ce projet bien plus qu’une simple expĂ©rience musicale. C’est un premier pas.

 

Charlotte Cardin – 99 Nights (Edition Deluxe)

Changement d’environnement pour Charlotte Cardin, qui prend dĂ©sormais le soleil et profite de l’occasion pour sortir la version deluxe de son dernier album, 99 Nights (dont on a fait la chronique originale). La grosse surprise, c’est qu’on y retrouve Laylow pour « Real Love » : un morceau Ă  la production Ă©nigmatique qui, paradoxalement, nous procure un goĂ»t d’achevĂ© vis-Ă -vis du disque. Mais aussi une d’autant plus grande attente quant au retour du rappeur technologique.

 

BLANCO VERDE – People Places Feelings

Corps en France, esprit au Royaume-Uni. C’est de lĂ -bas que, pour sa nouvelle odyssĂ©e hors du temps, l’artiste tire sa crĂ©ation. People Places Feelings est plein de bonnes idĂ©es.  Prenez-le comme un hommage Ă  la crĂ©ation musicale : celle qui voit le UK Garage, la techno, le UK breaks, la house, l’ambient et la bass music se confronter dans une atmosphĂšre club Ă  laquelle il est dur de rĂ©sister.

 

EG – Unexpected Journey

Il est vrai que ce voyage était assez inattendu, autant pour nous, auditeurs, que pour EG. Cette architecte de formation en est venue à dessiner les traits de ses découvertes personnelles. Décidé comme tel, chaque morceau de ce projet emmÚne la productrice à explorer un tournant précis de sa vie. « Right From Wrong » nous projette dans son enfance avec des éléments hip-hop et une touche de deep house old-school, quand « Interlude » crée le lien entre les deux carriÚres que la désormais DJ et productrice a pu vivre.

 

Jaakko Eino Kalevi – Chaos Magic

Le SĂ©bastien Tellier finlandais. La comparaison, comme toutes celles de cet acabit, est forcĂ©ment rĂ©ductrice, paresseuse, sujette Ă  caution, mais pas totalement absurde. Ils furent quelques-uns Ă  l’Ă©crire il y a huit ans, au moment oĂč sortit chez Domino le premier album de Jaakko Eino Kalevi, ancien chauffeur de tram Ă  Helsinki lancĂ© dans la musique sur le tard, Ă  31 ans. Un dandy Ă  cheveux longs, Ă  la voix grave et au charisme singulier, produisant une musique pop analogique avec du groove, facile mais exigeante : il y avait de quoi trouver des liens, d’autant plus que l’intĂ©ressĂ© citait le Français comme une rĂ©fĂ©rence. Huit ans et un autre album plus tard, ces similitudes sont toujours d’actualitĂ©, mais plus que le look ou le style musical, le point commun le plus intĂ©ressant entre les deux artistes est sans doute l’aspect un peu hors du temps de leur musique, qui puise son inspiration de façon assez Ă©vidente dans les annĂ©es 1970-1980 (plus 70s pour Tellier, plus 80s pour Jaakko), sans pour autant sonner rĂ©tro, passĂ©iste ni donner l’impression d’ĂȘtre dans une volontĂ© de remise au goĂ»t du jour […]

Suite de la chronique de l’album du mois Ă  dĂ©couvrir dans le nouveau Tsugi 165.

GĂ©rome Darmendrail
Waajeed – Memoirs Of Hi-Tech Jazz – Remixes

Lettre d’amour Ă  la ville de Detroit, Memoirs Of Hi-Tech Jazz, troisiĂšme album de Waajeed, rĂ©sonnait des influences de la ville, de Motown au jazz, en passant par la techno et le hip-hop de J Dilla. Surprise, son EP de remixes gomme tout Groove un peu chaloupĂ© : Mark Broom dĂ©roule une techno solide, Jensen Intercepter & Assembler Code coulent un bloc de bĂ©ton Ă©lectro, quand le GhanĂ©en Yazzus envoie une house en surdose de stĂ©roĂŻdes. Costaud.

 

Structures – A Place For My Hate

PassĂ© par le tremplin de Rock en Seine (Club Avant Seine) en 2020, aprĂšs avoir fait du bruit avec un premier EP, Structures revient de mauvaise humeur. Il faut dire que le duo amiĂ©nois, dont les rĂ©fĂ©rences (Nine Inch Nails, Deftones, Nirvana), comme les chansons, sentent les annĂ©es 1990 et le punk-indus, annonce la couleur avec un album intitulĂ© A Place For My Hate. InspirĂ©s par l’adolescence de ses deux membres, Pierre Seguin et Marvin Borges-Soares, les titres y dĂ©voilent une chair Ă  vif, Ă©voquant les ruptures (« Cold Touch ») et un mal-ĂȘtre (« Attitude ») dans la droite lignĂ©e du mythe du poĂšte maudit […]

Suite de la chronique à découvrir à la dans le nouveau Tsugi 165, et interview à retrouver ICI.

Valentin Allain

 

Trunkline – Work Dat Ass EP

Pas besoin d’affoler le compteur de BPM, de monter Ă  180 et de donner dans la fast techno pour impressionner son auditoire. Madben et Yann Lean, aux commandes du projet Trunkline, l’ont bien compris. Un an aprĂšs l’album Mercy, les deux compĂšres estomaquent avec les quatre titres de l’impressionnant Work Dat Ass EP, entre breaks massifs (« Break »), Ă©lectro Ă©nervĂ©e (« New Place »), indus (« Mega ») et ghetto-tech de rave (l’Ă©tonnant « Work Dat Ass »). Lourd.

Visited 78 times, 7 visit(s) today