Anvers : La culture rave passe au musée !

La cul­ture rave réserve bien des sur­pris­es. Le musée d’Art Mod­ernes d’Anvers cherche à soulever un peu du mys­tère qui entoure cette sous-culture lors d’une expo­si­tion très com­plète, Ener­gy Flash, qui ouvri­ra le 16 Juin. Elle per­met une vraie plongée dans cet univers via qua­tre notions clés : l’autonomie, la lib­erté civile, la tech­nolo­gie et la créativité. 

Un pre­mier pas vers une recon­nais­sance plus large du mou­ve­ment ? Si la cul­ture rave est le dernier grand courant à avoir tra­ver­sé la jeunesse européenne des années 80 et 90, le musée assure que per­son­ne n’avait jusqu’ici oser sauter le pas. Ce mou­ve­ment réu­nit pour­tant tou­jours beau­coup d’adeptes à cha­cune de ces man­i­fes­ta­tions. Le suc­cès récent du dernier tekni­val du 1er mai ne fait que prou­ver sa vital­ité. Et ce mal­gré les inter­dic­tions qui con­tin­u­ent de touch­er les collectifs.

A Anvers, le son ne man­quera pas. La musique étant à la base de cette cul­ture, le musée s’est asso­cié au club anver­sois, Ampère, afin d’organiser trois jours de fes­tiv­ités autour de l’ex­po­si­tion. Au pro­gramme, un joli parte­nar­i­at avec le label alle­mand Innervi­sions soutenu par une par­tie du duo Âme, une soirée avec K’Alexi Shel­by et Paul Du Lac autour de la ville de Chica­go et surtout, un DJ-set de Wolf­gang Flür aka Musik­Sol­dat, un ancien du mythique Kraftwerk. D’ailleurs celui-ci sera égale­ment présent lors de l’inauguration en présence du Min­istre de la Jus­tice belge, Koen Geens. On est loin d’une pro­gram­ma­tion typ­ique de rave par­ty, mais admettons. 

La poli­ti­sa­tion du mou­ve­ment rave sera large­ment mise en avant par Nav Haq, cura­teur de l’exposition, démon­trant son influ­ence forte sur la cul­ture mod­erne. Pour cela, l’exposition présen­tera des oeu­vres de dif­férents champs artis­tiques. Des plas­ti­ciens ont imag­iné des oeu­vres issues du design, de la mode et évidem­ment de la musique. Des élé­ments soci­aux seront aus­si présen­tés comme des archives, reportages télévisés, ouvrages lit­téraires mais égale­ment, et c’est moins com­mun, des extraits de lég­is­la­tions pénales. Les thèmes de la jus­tice et de la répres­sion seront donc inter­rogés. On espère que le min­istre de la jus­tice appréciera. 

Mais atten­tion, le musée d’Art Mod­erne d’An­vers coupera le son le 25 sep­tem­bre ! 

(Vis­ité 65 fois)