Skip to main content
3 juin 2016

Anvers : La culture rave passe au musée !

par rédaction Tsugi

La culture rave réserve bien des surprises. Le musée d’Art Modernes d’Anvers cherche à soulever un peu du mystère qui entoure cette sous-culture lors d’une exposition très complète, Energy Flash, qui ouvrira le 16 Juin. Elle permet une vraie plongée dans cet univers via quatre notions clés : l’autonomie, la liberté civile, la technologie et la créativité. 

Un premier pas vers une reconnaissance plus large du mouvement ? Si la culture rave est le dernier grand courant à avoir traversé la jeunesse européenne des années 80 et 90, le musée assure que personne n’avait jusqu’ici oser sauter le pas. Ce mouvement réunit pourtant toujours beaucoup d’adeptes à chacune de ces manifestations. Le succès récent du dernier teknival du 1er mai ne fait que prouver sa vitalité. Et ce malgré les interdictions qui continuent de toucher les collectifs.

A Anvers, le son ne manquera pas. La musique étant à la base de cette culture, le musée s’est associé au club anversois, Ampère, afin d’organiser trois jours de festivités autour de l’exposition. Au programme, un joli partenariat avec le label allemand Innervisions soutenu par une partie du duo Âme, une soirée avec K’Alexi Shelby et Paul Du Lac autour de la ville de Chicago et surtout, un DJ-set de Wolfgang Flür aka MusikSoldat, un ancien du mythique Kraftwerk. D’ailleurs celui-ci sera également présent lors de l’inauguration en présence du Ministre de la Justice belge, Koen Geens. On est loin d’une programmation typique de rave party, mais admettons. 

La politisation du mouvement rave sera largement mise en avant par Nav Haq, curateur de l’exposition, démontrant son influence forte sur la culture moderne. Pour cela, l’exposition présentera des oeuvres de différents champs artistiques. Des plasticiens ont imaginé des oeuvres issues du design, de la mode et évidemment de la musique. Des éléments sociaux seront aussi présentés comme des archives, reportages télévisés, ouvrages littéraires mais également, et c’est moins commun, des extraits de législations pénales. Les thèmes de la justice et de la répression seront donc interrogés. On espère que le ministre de la justice appréciera. 

Mais attention, le musée d’Art Moderne d’Anvers coupera le son le 25 septembre ! 

Visited 9 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply