©Peter Boettcher (Kraftwerk en concert)

Après Paris et Londres, l’expo “Electro” de la Philharmonie arrive en Allemagne

Après Paris et Lon­dres, l’ex­po­si­tion française Elec­tro. De Kraftwerk à Daft Punk va de nou­veau démé­nag­er, mais cette fois-ci, au musée Kun­st­palast à Düs­sel­dorf en Allemagne.

Après avoir fait l’u­na­nim­ité à la Phil­har­monie de Paris du 9 avril au 11 août 2019, puis après avoir posé ses valis­es à Lon­dres du 30 juil­let 2020 au 14 févri­er 2021 sous le nom Elec­tron­ic: From Kraftwerk to The Chem­i­cal Broth­ers, l’ex­po de Jean-Yves Leloup, qui a été conçue en étroite col­lab­o­ra­tion avec Ralf Hüt­ter, co-fondateur de Kraftwerk, con­tin­uera son voy­age et débar­quera chez les Alle­mands du 9 décem­bre 2021 au 15 mai 2022. Comme pour Lon­dres, l’ex­po­si­tion con­naî­tra des change­ments et évo­lu­tions en com­mençant par son nom : Elec­tro. From Kraftwerk to Techno. 

Electro

©Gil Lefau­con­nier (instal­la­tion audio­vi­suelle et numérique de 1024 Archi­tec­ture, Philharmonie)

Les gen­res élec­tron­iques apparus dans les années 1980 comme que la tech­no de Detroit, la house de Chica­go ain­si que la cul­ture rave des années 1990, seront présen­tés grâce à des créa­tions graphiques, des instal­la­tions sonores, des pho­togra­phies, des vidéos, des instru­ments de musique, etc. Cer­taines œuvres de l’ex­po orig­i­nale comme le stu­dio imag­i­naire de Jean-Michel Jarre, les onze mix­es conçus par Lau­rent Gar­nier dif­fusés à tra­vers le par­cours, ou encore des clichés des pio­nniers de la musique élec­tron­ique Kraftwerk, seront du voyage.

 

À lire également
On a visité l’expo événement “Electro, de Kraftwerk à Daft Punk” de la Philharmonie de Paris

 

Con­cer­nant Kraftwerk, le Kun­st­palast apporte sa touche per­son­nelle en met­tant l’ac­cent sur ce quatuor emblé­ma­tique des musiques élec­tron­iques, natif de Düs­sel­dorf. Ce pat­ri­moine sera mis en lumière grâce à des cou­ver­tures d’al­bum, des instru­ments de musique his­toriques, des pho­togra­phies, des sculp­tures, des œuvres d’art, ain­si que des fig­ures robo­t­iques du groupe. Ce n’est pas tout, le musée présen­tera aus­si des pho­tos du légendaire club Cream­cheese de la ville, ain­si que son man­i­feste orig­i­nal. Et en exclu­siv­ité, une pho­to “mon­u­men­tale” du club Cocoon fondé par le mythique DJ Sven Väth. “Nous pro­posons aux vis­i­teurs une expéri­ence immer­sive qui rap­pelle l’at­mo­sphère d’e­uphorie et de com­mu­nion qui rég­nait à l’époque dans les clubs, les raves et les fes­ti­vals” explique Jean-Yves Leloup, jour­nal­iste spé­cial­iste des musiques élec­tron­iques, col­lab­o­ra­teur his­torique de Tsu­gi et com­mis­saire de l’ex­po­si­tion française Elec­tro. De Kraftwerk à Daft Punk, à la Phil­har­monie de Paris.

Electro

©Gil Lefau­con­nier — Stu­dio imag­i­naire de JM Jarre

Par­mi les artistes présen­tés dans Elec­tro. From Kraftwerk to Tech­no, nous pour­rons retrou­ver une rib­am­belle de DJs, pho­tographes et design­ers comme Ellen Allien, Lau­rent Gar­nier, Moritz Simon Geist, Andreas Gursky, Jean-Michel Jarre, Jacob Khrist, Kraftwerk, Mouse on Mars, Nam June PaikKarl­heinz Stock­hausen, Tig­gy Thorn, Gisèle Vienne, etc. Du côté des com­mis­saires de l’ex­po­si­tion, ce sera Alain Bieber, directeur artis­tique du NRW-Forum, et bien enten­du Jean-Yves Leloup, qui dirigeront l’événement.

Electro

©Peter Boettch­er

(Vis­ité 599 fois)