Skip to main content
© Jacob Khrist / Gered Mankowitz
1 mars 2023

🎙️ Arnaud Rebotini x Dave Clarke, l’interview croisĂ©e avant le Trabendo

par Corentin Fraisse

Le 10 mars c’est le grand retour des soirĂ©es Tsugi Superclub au Trabendo, pour un plateau de choix concoctĂ© avec Wart : aux cĂ´tĂ©s de Dissemblance au Trabendo, on retrouvera Dave Clarke en DJ set et Arnaud Rebotini en live. Histoire de prĂ©parer le terrain avant cette soirĂ©e de feu Ă  La Villette, on a interrogĂ© les deux producteurs, qui sont amis dans la vie et qu’on a rĂ©cemment aperçus ensemble lors d’un concert de Feu ! Chatterton au ZĂ©nith de Paris.  Manifestement, ils ont beaucoup en commun.

 

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Dave Clarke : Ma mĂ©moire n’est pas aussi bonne que je le voudrais. Peut-ĂŞtre que c’Ă©tait par mails interposĂ©s, quand Black Strobe (l’ex-groupe d’Arnaud Rebotini, on rappelle) a eu un track dans le film RocknRolla de Guy Ritchie… Ou alors, c’est quand j’ai bookĂ© Black Strobe vers 2009 pour un festival belge, sĂ»rement Pukkelpop ? (…) Ok je viens de vĂ©rifier, c’Ă©tait en 2006. J’avais ma propre scène, oĂą j’ai invitĂ© Andrew Weatherall, Colder, DK 7 et Black Strobe : on s’est dĂ©finitivement rencontrĂ©s lĂ  !

Arnaud Rebotini : Oui c’est ça, on s’est rencontrĂ©s pour la première fois quand Dave a invitĂ© Black Strobe en 2006 Ă  Pukkelpop ! Mais je l’avais aussi vu jouer au Rex Club, Ă  la fin des annĂ©es 90.

 

Arnaud, qu’est-ce que tu aimes dans le travail de Dave ? Dave, qu’est-ce que tu aimes dans le travail d’Arnaud ?

Arnaud Rebotini : En tant que DJ, il reprĂ©sente le « vrai » son electro/techno. Chacun de ses sets est sans concession, il est capable d’amener ce son au plus grand nombre. C’est pour moi l’un des meilleurs DJ actuellement. En tant que producteur, j’apprĂ©cie particulièrement son approche de la compression et son traitement de l’espace.

Dave Clarke : On trouve dans le travail d’Arnaud un esprit de rĂ©bellion, d’exigence et de libertĂ©, qui me semble de moins en moins prĂ©sent dans la scène Ă©lectronique actuelle. En ce qui me concerne, j’Ă©coute et je joue toujours de la musique alternative. Et je me sens plus Ă  l’aise dans cet environnement, que dans cette sphère qui s’auto-congratule en permanence sur les rĂ©seaux sociaux. Une dĂ©rive qui semble toucher (voire emporter) tous les pratiques artistiques. Je suppose que j’ai toujours du sang punk / goth qui coule dans mes veines. 

 

Arnaud, qu’est-ce qui t’a motivé à organiser cette soirée ? Comment l’envisages-tu ?

Arnaud Rebotini : Cela faisait un moment que j’avais envie d’organiser un événement au Trabendo. Je pense que cela va être une très belle soirée : on commencera avec Dissemblance, qui a sorti aussi un album sur Mannequin Records, et comme Dave vient de me remixer, je ferai un live avec pas mal de nouveautés. Et Dave viendra finir la soirée en beauté !

 

Pourrait-on vous voir collaborer sur un projet plus concret un jour ?

Dave Clarke : C’est marrant, j’y pensais en rĂ©pondant Ă  vos questions : pourquoi est ce qu’on ne l’a pas encore fait ? Je suppose que je n’y ai pas pensĂ©, parce que je vois Arnaud comme un « one-man band », il fait absolument tout tout seul mĂŞme en live sur scène. Je me suis presque « incrusté » dans sa musique en faisant des voix quand j’ai remixĂ© le titre d’Arnaud « Youth ». C’est Mark Lanegan (le chanteur au timbre particulièrement rauque des Screeming Trees, dĂ©cĂ©dĂ© en 2022, ndlr) qui m’a poussĂ© Ă  chanter, mais il a toujours Ă©tĂ© très gentil et doux avec moi. En rĂ©alitĂ©, je ne pense pas que le Monde ait vraiment envie de m’entendre « chanter ».

 

Dave, qu’aimes-tu quand tu viens jouer à Paris ?

Dave Clarke : Je joue dans votre pays depuis plus de 30 ans. Radio FG m’a soutenu dès le dĂ©but tout comme le Rex, mĂŞme si je n’y ai pas jouĂ© depuis quelques annĂ©es. La France a un fort esprit d’indĂ©pendance. C’est un pays qui se bat bien plus fort que d’autres, contre la domination amĂ©ricaine et tous les attitudes et produits qu’ils exportent, et qui se sont peu Ă  peu imposĂ©s dans de nombreux pays europĂ©ens. En France, la culture et les artistes sont respectĂ©s. Lorsque que je joue en France, au Sucre Ă  Lyon ou Ă  Concrète Ă  Paris avant sa fermeture par exemple, je sens que mon travail est traitĂ© avec considĂ©ration. Peu de pays accordent autant d’importance que la France Ă  la Culture en gĂ©nĂ©ral et cela me semble très bien comme ça.

 

Qu’est-ce qu’une soirée réussie pour toi Arnaud ? Et pour toi Dave ?

Arnaud Rebotini : J’aime les soirées éclectiques. Celles où tu écoutes le même style de musique toute la nuit m’ennuient. J’aime que le son évolue au fur et mesure de la nuit. Je pense qu’avec le line-up du 10 mars, on devrait avoir une belle progression.

Dave Clarke : IntĂ©ressant ! Pour moi, une soirĂ©e rĂ©ussie c’est quand, au moment de partir, je sens que mon âme a Ă©tĂ© ressourcĂ©e, rechargĂ©e. Pour cela il faut que j’aie Ă©tĂ© invitĂ© par des promoteurs qui s’intĂ©ressent avant tout Ă  la musique et que j’ai en face de moi une foule qui se laisse embarquer par la musique, sans sortir son tĂ©lĂ©phone en permanence. Lorsque, depuis les platines, je distingue des visages dans le public et que je sens qu’ils me font confiance, qu’ils sont pleinement avec moi et qu’on se comprend. Ça, c’est vraiment touchant.

 

La billetterie pour ce Tsugi Superclub du 10 mars au Trabendo, c’est par ici.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Tsugi (@tsugimag)

Visited 114 times, 1 visit(s) today