Skip to main content
©Mayli Sterkendries
15 octobre 2021

✅ Artiste Tsugi à suivre : Marc Melià, prophète du Prophet

par Emmanuel Haddek

Marc Melià sort ce 15 octobre Veus, un second album en forme d’exploration du plus simple des instruments : la voix. 

D’origine espagnole, on peut aisément considérer Marc Melià comme étant un petit génie du synthé. Et aujourd’hui, avec la sortie de son deuxième album, comme étant un petit génie de la musique tout court. En 2017, il nous présentait un premier album sur le label de Gaspar Claus Les Disques du Festival Permanent, Music for Prophet, réalisé uniquement à l’aide de son synthé préféré, le Prophet-5, donc. L’occasion pour nous d’apercevoir tout le talent du musicien pour la discipline. Après avoir fait ses armes au sein du trio pop bruxellois Lonely Drifter Karen, auteur de trois albums sur le label belge Crammed Discs, puis, s’être lancé en solo, Flavien Berger l’a réquisitionné comme claviériste sur son album le plus abouti, Contre-Temps (2018).

« Je voulais être à la fois David Bowie, Aphex Twin ou Björk. Au fond, je cherchais probablement à trouver ma propre voix ».

Avec Veus, Melià passe au niveau supérieur et ne se fixe aucune limite. L’artiste explore, déforme et joue avec le plus simple des instruments : sa voix. Jusqu’à devenir, sur certains morceaux, androïde. Malgré tout, il reste fidèle à ses premiers amours, avec de délicates mélodies pop réalisées au synthé, mais aussi un featuring avec son acolyte Flavien Berger. Pour autant, le résultat se rapproche davantage d’une œuvre réfléchie et aboutie que de la simple expérimentation musicale. C’est là tout le talent de Marc Melià. Il nous avait déjà impressionné en sortant pour Tsugi une sublime session live à l’occasion de la sortie de la compilation From Above Vol 2 du label de Chloé, Lumière Noire. Avec cet album, Marc Melià étonne encore en proposant un art qui s’affranchit des barrières, et pour tout ça, nous avons l’honneur de lui décerner sa carte du club très fermé des Artistes Tsugi à suivre.

Que voulais-tu accomplir avec cette œuvre ?

Veus est un album qui se concentre sur la transformation et la manipulation de la voix. Mais de la voix en tant qu’instrument à travers lequel nous pouvons exprimer qui nous sommes, ce qui nous rend unique. Cette manipulation part du principe qu’aujourd’hui nous avons les moyens d’adopter des identités multiples, de muter en un clic de souris. Je voulais être à la fois David Bowie, Aphex Twin ou Björk. Au fond, je cherchais probablement à trouver ma propre voix via cette transformation, comme nous la cherchons tous.

Quel était le contexte de production de cette œuvre, que se passait-il dans ta vie, que vivais-tu à ce moment-là ?

Carte Marc Melià

Après mon premier album Music for Prophet, composé avec un seul synthé, j’avais envie de faire quelque chose sans limites auto-imposées. Peut-être que les limitations peuvent favoriser la créativité… Mais avouons-le, les limites sont toujours là aujourd’hui. Je ne pourrai jamais avoir la voix de David Bowie ou jouer du clavier aussi vite que Peter Bence. Et c’est au final positif car cette manière de limiter ma créativité m’a permis de trouver ma voie.

Décris-nous un peu le processus créatif utilisé sur ce disque et en quoi est-il différent du reste de tes œuvres ?

Nous avons commencé l’enregistrement dans ce magnifique studio de Rodolphe Burger au milieu des Vosges, avec mes amis Roméo Poirier et Lou Rotzinger. Pendant une semaine nous avons bu du bon vin, nous nous sommes réchauffés devant la cheminée et nous avons admiré l’incroyable paysage. Entre temps, nous avons aussi façonné ce qui, à la base, devait être un EP. Pan European, mon label, m’a suggéré de faire un album à partir de ces chansons. Le confinement de 2020 m’a permis de passer du temps dans mon studio à Bruxelles, pour nourrir et faire grandir ce petit bébé né en Alsace.

Si tu dois le décrire en quelques mots à tes parents, que dirais-tu ?

Ce sont mes parents, ils aimeront toujours inconditionnellement ce que je fais. Même si leur fils sonne comme un robot quand il chante.

Marc Melià sera en concert le 5 novembre prochain à la Boule Noire (Paris 18e).

Melia

©Mayli Sterkendries

Visited 60 times, 1 visit(s) today