Skip to main content
27 août 2019

Aux États-Unis, les artistes s’unissent pour le droit à l’avortement

par Claire Grazini

En 2019, il faut toujours lutter pour le droit à l’avortement, et c’est encore plus vrai aux States. Ce lundi 26 août, c’était le Women’s Equality Day célébrant le droit de vote des femmes aux États-Unis. À cette occasion, près de 140 groupes et artistes américain·e·s ont choisi de soutenir la campagne Bans Off My Body de l’association Planned Parenthood pour défendre le droit à l’avortement. Des artistes comme Lady Gaga, Billie Eilish, St VincentLizzo, Bon Iver, John Legend, Princess Nokia ou encore Pussy Riot ont apposé leur nom sur la campagne publicitaire Band Together publiée dans le magazine Billboard.

Le but est d’inciter les fans à signer cette pétition : “Les musiciens de tout le pays montrent leur solidarité à Planned Parenthood. L’accès à la contraception est le même type de liberté que celle qui leur permet de créer et de s’exprimer – parce qu’une personne libre doit avoir le contrôle sur son corps. Aujourd’hui, la propagation des lois interdisant l’avortement sont en train de spolier nos libertés. C’est le moment de s’unir et de dire “Gardez vos interdictions loin de nos corps.”

Petit point “Le saviez-vous?” : dans un pays où les présidents prêtent encore serment sur la Bible, l’accès à l’avortement est limité et ultra restrictif dans quatorze états. Le 14 mai, l’Alabama a adopté le projet de loi le plus répressif des États-Unis sur l’accès à l’avortement. En effet, les médecins qui pratiqueront l’interruption volontaire de grossesse (IVG) pourront encourir 10 à 99 ans de prison, sauf si le pronostic vital de la mère est engagé, ou si le foetus n’est pas viable. En cas de viol ou d’inceste, recourir à l’IVG sera considéré comme un crime. Sur ce, on vous laisse sur le bon vieux titre “Tomboy” de Princess Nokia, notre rappeuse féministe favorite.

Visited 9 times, 1 visit(s) today