Avec son nouvel EP, DjRUM explore l’ambient-gabber

Comme mélanger l’eau et l’huile. Quand on pense au gab­ber, on voit des hol­landais, crânes rasés, qui dansent à 180bpm. Et quand on pense à l’am­bi­ent, on imag­ine de longues nappes planantes et des tatouages Bri­an Eno sur les frêles bras d’un mec, les yeux fer­més sur son canap’. Deux univers qui ne se mélan­gent pas facile­ment. Et pour­tant : DjRUM s’est amusé a rap­procher ces deux opposés du spec­tre des musiques élec­tron­iques. Après un pas­sage en Boil­er Room début août à Lon­dres, Felix Manuel (aka DjRUM) dévoile en cette ren­trée un petit EPHard To Say / Tour­nesol, qui porte tout sim­ple­ment le nom des deux morceaux du maxi.

Avec “Hard To Say” et “Tour­nesol”, le pro­duc­teur anglais explore l’ambient-gabber — style musi­cal dont il est le précurseur. Mar­qué par un rythme sac­cadé et des voix mod­ulées, dif­fi­cile de dire si “Hard To Say” est agréable­ment désor­don­né ou curieuse­ment équili­bré. Quant à la face B, “Tour­nesol”, DjRUM fait telle­ment d’ex­cès de vitesse au niveau des BPM qu’on a par­fois l’im­pres­sion qu’il a sam­plé une For­mule 1. Les bruits mod­i­fiés de gouttes d’eau et les échos don­nent la cadence à ce titre de dix min­utes, qui con­clut l’EP en apothéose avec un assem­blage de ryth­miques. DjRUM signe avec cet EP une auda­cieuse créa­tion : une har­monie robo­t­ique de 17 min­utes.

D’i­ci 2020, le pro­duc­teur tech­no sera de pas­sage à Lon­dres, à Utrecht ou encore à Tokyo. Avec Hard To Say / Tour­nesol, DjRUM est paré pour faire vibr­er les qua­tre coins de la planète.

(Vis­ité 313 fois)