©Xavier Cyr

đŸ€ Avec son projet TDJ, Ryan Playground ressuscite l’eurodance Ă  MontrĂ©al

GeneviĂšve Ryan Mar­tel, mieux con­nue sous les noms de RYAN Play­ground et dĂ©sor­mais TDJ (Ter­rain de Jeux), artiste phare de la scĂšne Ă©lec­tron­ique mon­trĂ©alaise, sort aujour­d’hui la ver­sion deluxe et remixĂ© de son deux­iĂšme EP TDJ002. Mais c’est quoi ce nou­v­el alias au juste ? 

Deux iden­titĂ©s musi­cales pour le prix d’une seule et mĂȘme artiste. C’est en 2019 que l’artiste a dĂ©cidĂ© de crĂ©er TDJ afin d’ex­plor­er un autre recoin de sa per­son­nal­itĂ© musi­cale. Elle a sor­tie deux albums et plusieurs EPs avec son pre­mier nom de scĂšne RYAN Play­ground. Aux sonoritĂ©s plus organiques, instru­men­tales, emo et pop, le pro­jet RYAN Play­ground est davan­tage pen­sĂ© pour du live. Tan­dis que TDJ est par­fait pour des DJ sets. Avec un mĂ©lange de tech­no, d’eu­ro­dance et de trance, on remonte le temps pour retourn­er dans les annĂ©es 90–2000 ; c’est ça le son TDJ (pour le plus grand bon­heur de cette gĂ©nĂ©ra­tion). AprĂšs le TDJ002 fin mars, voilĂ  aujour­d’hui sa ver­sion deluxe avec un max de guest en remix comme Panteros666, Paul Seul ou encore Portara0000. L’oc­ca­sion d’en savoir plus sur cet amu­sant nou­veau projet.

“Le retour des sonoritĂ©s 2000 Ă  Mon­trĂ©al va ĂȘtre trĂšs bien accueilli.”

©Xavier Cyr

Qu’as-tu voulu faire avec ce deux­iĂšme EP ?

TDJ002 est la suite de TDJ001, que ce soit dans les sym­bol­es ou les sonoritĂ©s. Je voulais vrai­ment crĂ©er un tout, que ce soit nar­ratif et que l’on puisse se per­dre dans la longueur. On peut retrou­ver des longueurs dans les mon­tĂ©es, l’ob­jec­tif Ă©tait d’at­tein­dre un apex. C’est pour ça que lorsque ça Ă©clate, ça Ă©clate vrai­ment de maniĂšre dĂ©mesurĂ©e ! Dans ce pro­jet, je recherche vrai­ment cette idĂ©e de dĂ©mesure, de ne pas me restrein­dre et de rĂȘver. J’ai pris la dĂ©ci­sion d’a­jouter plus de paroles dans ce deux­iĂšme maxi pour con­cré­tis­er davan­tage ce que je voulais prĂ©sen­ter au pub­lic avec TDJ.

Ce pro­jet a des vraies influ­ences datĂ©es
 Ça s’entend !

Oui, j’ai de vieilles influ­ences comme TiĂ«s­to – d’ailleurs mon chien s’ap­pelle comme ça. Au dĂ©but, c’é­tait un peu une blague ce nom, mais quand j’y pense, finale­ment, ça dit quelque chose de moi. Il y aus­si DJ Chi­cane et tous ces emblĂšmes de la trance de la fin des 90s, dĂ©but 2000. Il y a aus­si Ă©videm­ment des influ­ences pop et emo que j’avais avec RYAN Play­ground. Elles ressor­tent aus­si dans la lyrique de TDJ. Il y a tou­jours de la mĂ©lan­col­ie dans ce que je crĂ©e.

 

À lire Ă©galement
🔊 Blink-182, Da Hool, Ciara : cette brillante mixtape de reprises techno par TDJ (Ryan Playground)

 

Qu’est-ce qui dif­fĂ©ren­cie TDJ de RYAN Play­ground ? Et Ă  l’in­verse, qu’est-ce qui les rapproche ?

Évidem­ment, il y a des points qui s’op­posent, au niveau des sonoritĂ©s plus Ă©lec­tron­iques dans TDJ que dans RYAN Play­ground qui va devenir un pro­jet live acous­tique. TDJ sera vrai­ment syn­onyme de DJ set pro­gres­sif. NĂ©an­moins, les deux pro­jets se rejoignent. Il y a une colle entre les deux au niveau de l’aspect Ă©mo­tion­nel et mĂ©lan­col­ique. Je veux garder cette forme d’in­tim­itĂ© que l’on peut retrou­ver dans les deux pro­jets pour que mes audi­teurs puis­sent pass­er de l’un Ă  l’autre selon leurs envies, tout en y trou­vant un sens et un lien logique. Ce serait comme per­me­t­tre de vivre une bipo­lar­itĂ© avec des goĂ»ts semblables.

“J’ai de vieilles influ­ences comme TiĂ«s­to – d’ailleurs mon chien s’ap­pelle comme ça. Au dĂ©but, c’é­tait un peu une blague ce nom, mais quand j’y pense, finale­ment, ça dit quelque chose de moi.”

Donc ce n’est pas la fin de RYAN Playground ? 

Non ! En ce moment mĂȘme, je suis en train de boss­er sur le prochain album qui sor­ti­ra – je l’e­spĂšre – dĂ©but 2022. En fait j’al­terne les pro­jets, je tourne avec TDJ et je com­pose avec RYAN Play­ground, et vice et ver­sa. L’un ne va pas sans l’autre.

La scĂšne quĂ©bé­coise est-elle gour­mande de tech­no, d’eu­ro­dance et de trance ?

PlutĂŽt, ouais ! Avant la pandĂ©mie, j’avais com­mencĂ© Ă  jouer ce qui me plai­sait, donc plus de tech­no, plus de trance, etc. Le pub­lic Ă©tait vrai­ment rĂ©cep­tif et surtout agrĂ©able­ment sur­pris. C’é­tait dif­fĂ©rent pour eux d’en­ten­dre des sonoritĂ©s euro­dance. Ce n’é­tait pas for­cé­ment frĂ©quent dans les clubs Ă  Mon­trĂ©al. Je pense que lorsque ça rou­vri­ra, la rĂ©cep­tion sera encore plus folle. À Mon­trĂ©al, on est trĂšs chaleureux, ouverts Ă  beau­coup de choses et trĂšs “easy going”, donc le pub­lic sera for­cé­ment con­tent, surtout aprĂšs cette annĂ©e sans soirĂ©e. Je pense que le retour des sonoritĂ©s 2000 va ĂȘtre trĂšs bien accueilli !

Et toi juste­ment, com­ment as-tu vĂ©cu cette derniĂšre annĂ©e ? 

Et bien
 je me sens un peu coupable parce que j’ai vrai­ment appré­ciĂ© de pou­voir rester chez moi avec mon chien, mes affaires et mon stu­dio. J’ai fait telle­ment de musique, c’est fou ! J’ai pu me rep­longer dans RYAN Play­ground et con­cré­tis­er le pro­jet TDJ. J’ai eu beau­coup de chance.

Com­ment vois-tu l’avenir ? 

Grande ques­tion ! AprĂšs toute une annĂ©e sans sor­tir, les con­certs vont enfin repren­dre : il va fal­loir que je me pré­pare parce que ça va ĂȘtre un voy­age infini !

TDJ

©Xavier Cyr

(Vis­itĂ© 754 fois)