Skip to main content
©Esteban Gonzalez
3 mai 2021

💿 Boe Strummer sort l’EP « Brigade Anti-France » : « Faire de la techno, c’est politique »

par Smaël Bouaici

Membre du collectif parisien Casual Gabberz, Boe Strummer a sorti le 20 avril son nouvel EP Brigades Anti-France, de la techno hardcore pleine de sensibilité, avec un message à faire passer.

« On peut faire de la techno hardcore en ayant un message, et ce message peut lui aussi ĂȘtre hardcore. »

La techno est-elle politique ? Alors que les uns la considĂšrent depuis toujours comme une musique dĂ©cĂ©rĂ©brĂ©e, d’autres assument de la vider de son sens pour l’axer uniquement sur la danse. Pour le producteur parisien Boe Strummer, cela ne fait aucun doute : “Faire de la techno, c’est politique. C’est une musique qui est politisĂ©e Ă  la base, qui vient d’un milieu noir prolĂ©taire amĂ©ricain, rĂ©cupĂ©rĂ©e par des Blancs europĂ©ens. Tout ça a un sens et il ne faut surtout pas oublier d’oĂč viennent les rave parties.”

L’affaire de la fĂȘte improvisĂ©e aux Buttes-Chaumont le 25 avril a d’ailleurs montrĂ© que, plus d’un an aprĂšs le dĂ©but de la crise sanitaire, la teuf Ă©tait un sujet politique toujours aussi clivant. “Je pensais que les gens comprendraient mieux ce besoin de se rassembler pour de la musique au bout d’un an. Et non, ça a crĂ©Ă© une polarisation encore plus intense, avec un retour de l’esprit des lois Mariani et la diabolisation de la rave.”

 

À lire Ă©galement
RĂ©cit : la free-party du nouvel an racontĂ©e par ceux qui l’ont vĂ©cue

 

©Esteban Gonzalez

Alors que la techno ne rĂ©sonne plus dans les clubs, le temps serait-il venu pour les artistes de s’interroger sur les rĂ©flexions qu’elle peut instiguer dans le salon ? Boe Strummer fait ça et bien plus avec ce titre pieds dans le plat “Brigade Anti-France”. Le terme fait rĂ©fĂ©rence Ă  une rhĂ©torique inventĂ©e par l’extrĂȘme droite Ă  la fin du XIXe siĂšcle pour dĂ©nigrer ses adversaires politiques, le fameux “parti de l’étranger”. Pour le producteur, ce titre choc est une maniĂšre d’affirmer son antiracisme dans une scĂšne gabber qui a souvent Ă©tĂ© assimilĂ©e Ă  l’extrĂȘme droite.

« Cet EP est une façon de rappeler que chez Casual Gabberz, nous sommes antiracistes et antifascistes. Ceux qui ne sont pas contents peuvent aller voir ailleurs. »

Pas sans raison, selon lui : “Il y a un fond de vĂ©ritĂ©, parce que c’est une musique qui vient d’un milieu prolĂ©taire blanc, peu Ă©duquĂ© et donc plus en proie Ă  des cĂŽtĂ©s racistes. On le voit parmi nos fans : il y a des gens qui ont mal pris le titre « Brigade Anti-France » et qui ne voient pas le problĂšme avec le fait d’ĂȘtre nationaliste et anti-immigrĂ©s. Cet EP est une façon de rappeler que chez Casual Gabberz, nous sommes antiracistes et antifascistes. Ceux qui ne sont pas contents peuvent aller voir ailleurs. AprĂšs, pour avoir frĂ©quentĂ© les events aux Pays-Bas, tu vois des types qui sont clairement nĂ©onazis, mais 99 % des gens sont lĂ  juste pour kiffer le son.”

Politiser l’art

Au-delĂ  de cette mise au point, Boe Strummer avait envie de “politiser son art” : “Pour dire qu’on peut faire de la techno hardcore en ayant un message, et que ce message peut lui aussi ĂȘtre hardcore. Je n’ai pas envie d’ĂȘtre dans une simple relation consumĂ©riste avec mes auditeurs. Mes disques sont mon espace d’expression. Cette expression est sentimentale, mais aussi politique.” Citoyen “engagĂ©â€, Boe suit de prĂšs l’actualitĂ© politique française, qu’il dĂ©crypte depuis deux ans dans des stories sur son compte Instagram. Dans le texte signĂ© Ed Isar qui accompagne le maxi, il fait d’ailleurs part de sa “lassitude face Ă  la rĂ©alitĂ© sociale actuelle”. Un sentiment qu’il retranscrit parfaitement sur la seconde partie du morceau “Brigade Anti-France”, quand le kick se dilue dans un sample de la guitare de “Sun Is Shining” des Wailers pour une sĂ©quence finale d’oĂč suinte son spleen face “à un systĂšme de plus en plus rĂ©pressif”. Les policiers sont d’ailleurs assimilĂ©s Ă  des “connards” dans le second morceau de l’EP, “FTC”, un track rentre-dedans qui dĂ©marre dans un pur jumpstyle (le genre qui a fait plonger le garçon dans la techno hardcore), avant de dĂ©river sur un synthĂ© Ă©thĂ©rĂ© et mĂ©lancolique, rĂ©sumant la formule Boe Strummer : du hardcore mais sensible.

« Il est temps de trouver un nouveau moyen de s’investir et de lutter. »

La relation avec les flics, c’est une vieille histoire pour lui qui a passĂ© une partie de sa scolaritĂ© au Val FourrĂ©, Ă  Mantes-la-Jolie. “Je m’habille en jogging, avec une casquette, une capuche, je fume du shit, donc forcĂ©ment, je suis amenĂ© Ă  ĂȘtre contrĂŽlĂ© assez rĂ©guliĂšrement.” Mais c’est surtout dans les manifs qu’il a assistĂ© Ă  l’escalade de la violence policiĂšre. “Je peux comprendre qu’aller en manif aujourd’hui, pour le peu de rĂ©sultats que ça engendre, ce soit dĂ©motivant pour tout un tas de gens. Mais le piĂšge, ce serait de tomber dans cette lassitude profonde et que tout le monde n’en ait plus rien Ă  foutre. Il est temps de trouver un nouveau moyen de s’investir et de lutter”, estime-t-il.

Pour le moment, il est encore partagĂ© sur la marche Ă  suivre, guerre civile ou vie en communautĂ© Ă  la campagne. Mais il ne perd pas espoir de voir ses concitoyens se rĂ©veiller et ce disque participe de cette volontĂ© de s’engager, Ă  son niveau. “Enlever cette dimension politique reviendrait Ă  dĂ©naturer mon propos. J’ai envie que ma musique soit le reflet de mes idĂ©es, et d’utiliser la petite influence que je peux avoir sur le petit public que j’ai. Si chacun s’y met, c’est un moyen de faire changer les choses.”

Artwork de l’EP

Visited 70 times, 1 visit(s) today