Printworks Club à Londres / ©Jake Davis

Brexit : toujours pas de circulation libre pour les artistes entre l’Angleterre et l’Europe

Le gou­verne­ment bri­tan­nique vient à nou­veau d’éteindre les espoirs des artistes qui ne pour­ront plus cir­culer libre­ment lors de tournées ou concerts.

« Le con­trôle des fron­tières doit pass­er en pre­mier » affirme le gou­verne­ment bri­tan­nique dans les colonnes de The Inde­pen­dant. Le hash­tag #Boriskilled­mu­sic con­tin­ue d’être large­ment partagé sur Twit­ter puisqu’hier nous avons eu la con­fir­ma­tion qu’artistes et musi­ciens anglais ne pour­ront s’ex­empter d’un visa pour leurs tournées dans l’Union Européenne (et n’auront pas non plus droit à un laiss­er pass­er de 90 jours, ni de 30 jours comme envis­agé) sur le sol des 27 pays. Et vice ver­sa. Fer­mé à la négo­ci­a­tion, le Royaume-Uni affirme vouloir repren­dre les dis­cus­sions seule­ment si « Brux­elles change d’avis », là où Brux­elles affirme que le Royaume-Uni a désiré couper court aux négociations…

Pen­dant que Lon­dres et Brux­elles se ren­voient la balle de la respon­s­abil­ité, les musi­ciens, tech­ni­ciens, et tous les mem­bres qui com­posent une tournée sem­blent être com­plète­ment oubliés. Dans une let­tre ouverte au gou­verne­ment bri­tan­nique, soutenue entre autre par Elton John, Sting, Liam Gal­lagher et Ed Sheer­an, les musi­ciens déplorent un « trou béant là où devrait être la libre cir­cu­la­tion qui nous était promise. Tous les musi­ciens qui font une tournée européenne auront désor­mais besoin de per­mis de tra­vail coû­teux pour les nom­breux pays qu’ils vis­i­tent et d’une mon­tagne de paperasserie pour leur équipement (…) ces coûts finiront par nous faire basculer. »

Ces nou­velles for­mal­ités ren­dront beau­coup de tournées non viables, surtout pour les jeunes musi­ciens émergents.”

Les sig­nataires de la let­tre pour­suiv­ent : « Ces nou­velles for­mal­ités ren­dront beau­coup de tournées non viables, surtout pour les jeunes musi­ciens émer­gents qui peinent déjà à garder la tête hors de l’eau en rai­son de l’in­ter­dic­tion de la musique live dans le cadre de la pandémie. »

London calling

La secré­taire d’État bri­tan­nique chargée de la Cul­ture Car­o­line Dine­nage, qui assure que la porte restait ouverte à de nou­velles dis­cus­sions, réitère ses pro­pos sur le bras de fer avec l’Europe : « Il faut que l’UE soit prête à pren­dre en con­sid­éra­tion les propo­si­tions très raisonnables du Royaume-Uni ». Une péti­tion a égale­ment été lancée pour réclamer l’exemption des visas pour les pro­fes­sion­nels de la musique, et pour préserv­er la Cul­ture. On compte aujourd’hui pas moins de 263 000 sig­na­tures, dont celle de Dua Lipa, Foals, ou encore Shame.

(Vis­ité 336 fois)