Crédit photo : Fidelis Fuchs

c/o pop Festival : le meilleur de la scène allemande

Il y a les fes­ti­vals aux­quels on va pour les têtes d’affiche et il y a les fes­ti­vals pleins de décou­vertes, où on va pour enrichir notre cul­ture de tal­ents de demain mais soyons hon­nêtes, surtout pour pou­voir dire à nos potes “Ah ouais, je le con­nais­sais bien avant qu’il soit con­nu”. Tout comme The Great Escape, Euroson­ic et les Trans Musi­cales, le c/o pop Fes­ti­val est claire­ment l’un d’eux et la décou­verte sera effec­tive­ment au rendez-vous, du 29 août au 2 sep­tem­bre à Cologne.

60% de groupes alle­mands : en regar­dant la pro­gram­ma­tion du fes­ti­val, on aurait presque du mal à y croire. Si la plu­part des noms sont anglo­phones — bah oui, c’est stylé l’anglais -, on décou­vre des noms comme Gewalt — alle­mand pour “vio­lence”, ça com­mence bien -, Neues Fleisch et Das Paradies qui nous ramè­nent directe­ment dans nos salles de cours d’allemand au lycée.

Tous ces noms ne vous dis­ent sûre­ment rien mais il faut savoir que le pelo­ton de tête est du niveau de Lomepal ou Orel­san outre-Rhin. Les deux rappeurs ham­bour­geois Begin­ner et Samy Deluxe comptent des cen­taines de mil­liers de fans sur les réseaux soci­aux alors que The Notwist en est déjà à son dix­ième album. Act­if depuis 30 ans, le groupe délivre un rock aux touch­es élec­tron­iques réputé inter­na­tionale­ment. Défini­tive­ment le con­cert à ne pas rater à la Köl­ner Phil­har­monie le ven­dre­di 31 août.

Dans toute cette liste d’artistes alle­mands, des styles bien var­iés cohab­itent. Le rock on ne peut plus psy­chédélique et per­ché de Fen­ster — si vous ne nous croyez pas, il vous suf­fit d’aller voir le récent clip de HBW, vous ver­rez — con­traste énor­mé­ment avec le rock bien énervé de Odd Cou­ple, et on appré­cie autant les deux. Même s’ils ont sor­ti un album ensem­ble, Juju Rogers et Blues­taeb partageront la même scène, mais pas à la même heure alors que la tech­no cos­mique de Per­el sera l’occasion de ressor­tir le hash­tag #femaled­js­forthewin, déjà fait sur le site du fes­ti­val.

Pour les chercheurs de noms con­nus, on ira voir du côté de l’électro-pop de Kid Sim­ius : le Berli­nois s’est offert un remix du grand Paul Kalk­bren­ner pour son titre “The Flute Song”. Sinon, il y aura aus­si Drangsal, punk oscil­lant entre alle­mand et anglais, la pop expéri­men­tale de Lucre­cia Dalt et ÄTNA, Mess­er et son rock pas très orig­i­nal, la pop catchy des deux Berli­nois­es Gurr et au choix, l’électro-pop rafraîchissante de Lion Sphere ou bien Say Yes Dog, trio un tiers lux­em­bour­geois, deux tiers berli­nois. Pour plus de légèreté, on pensera à l’indie-rock sym­pa­thique d’Abay, l’indie-pop de BLOND — et leur fab­uleuse chan­son sur les épinards, qui, on avoue, reste dans la tête -, l’indie-folk de Swutsch­er ou bien Das Paradies, à la croisée des trois.

Enfin, les 15 ans de c/o Pop ne seront pas le seul anniver­saire du week-end : le label de Cologne Kom­pakt fêtera ses 25 ans sur le fes­ti­val same­di. A la mai­son au Stadt­garten, entre house et tech­no, il invit­era ses artistes Michael May­er, Tobias Thomas mais égale­ment Rein­hard Voigt, Sascha Funke et Joachim Spi­eth.

Puis, il reste les décou­vertes aux poignées de likes Face­book qui le sont telle­ment qu’il est impos­si­ble de trou­ver un morceau en ligne : Blink­er, Faira ou encore Jungstöt­ter — qu’on nous décrit comme des bal­lades pop eight­ies. Ver­dict sur place.

Avec plus de 150 groupes pro­gram­més jusqu’à l’aube chaque jour, il n’y aura pas de quoi s’ennuyer…

Entre L’Impératrice et Hon­ey Dijon, le reste de la pro­gram­ma­tion est à retrou­ver sur le site du fes­ti­val.

(Vis­ité 333 fois)