©Christian San Jose pour Top Dawg Entertainment

Ça bouge du côté de Kendrick Lamar…

Mise à jour 4/9/20 : Après son pro­jet pgLang annon­cé en mars dernier (détail­lé ci-après), le rappeur revient piquer notre curiosité avec des vidéos de tour­nage d’un prob­a­ble nou­veau clip à venir (pour un poten­tiel futur album ? Espérons-le). Les vidéos sont pris­es à Los Ange­les et vien­nent gon­fler une rumeur que Thun­der­cat entrete­nait déjà avec ses pro­pos sur Neet Tokyo en mars dernier éga­ment : “Cer­tains de mes meilleurs moments d’en­reg­istrement sont ceux passés avec Kendrick… Je crois que j’ai un peu tra­vail­lé sur le nou­v­el [album] égale­ment.” On reste aux aguets.

 

Muet depuis deux ans, le rappeur améri­cain a annon­cé sur Insta­gram la créa­tion de pgLang. Qu’est-ce que ce pro­jet et signe-t-il le retour du meilleur rappeur du game ?

Que se passe-t-il du côté de Kendrick Lamar ? Le 5 mars dernier, le rappeur affo­lait Inter­net en sup­p­ri­mant tous les posts de son compte Insta­gram. Mal­gré sa faible présence sur les réseaux soci­aux, ce n’est pas la pre­mière fois que l’artiste s’adonne à cette pra­tique. La dernière fois, en 2017, le rappeur de Comp­ton avait sor­ti le soir même le sin­gle “The Heart part IV”. Peu de temps après, Kendrick Lamar dévoilait la sor­tie de l’al­bum DAMN.. Trois ans plus tard, on pour­rait donc s’attendre à un nou­v­el album en solo. Mais l’artiste en a décidé autrement. Il a annon­cé le lance­ment de pgLang, un mys­térieux pro­jet qui met l’innovation au cœur de toute ini­tia­tive, via trois pho­tos pub­liées sur les réseaux.

Cap­ture d’écran de son compte Insta­gram

Sur le site de la plate­forme, il écrit : “Notre com­mu­nauté par­le de musique, de ciné­ma, de télévi­sion, d’art, de livres et de pod­casts parce que par­fois on doit utilis­er dif­férents lan­gages pour faire enten­dre notre his­toire. Des his­toires qui par­lent à plusieurs races, plusieurs nations, et dif­férents âges. Voilà pourquoi nos écrivains, chanteurs, réal­isa­teurs, musi­ciens et pro­duc­teurs cassent les for­mats de la créa­tion et con­cré­tisent leurs idées à des­ti­na­tion de tous les curieux. […] pgLang se con­cen­tre sur l’utilisation de nos expéri­ences et l’ac­com­pa­g­ne­ment de nos nom­breux col­lab­o­ra­teurs pour créer des his­toires à la fois acces­si­bles et engageantes, puis les traduire dans un lan­gage adap­té à son média”.

Baby Keem, premier artiste “partenaire”

Ce que l’on sait égale­ment, c’est que ce pro­jet est co-dirigé par Dave Free, ancien mem­bre du label de Kendrick Lamar Top Dawg Enter­tain­ment. Il a réal­isé la vidéo de pro­mo­tion venant à la suite du com­mu­niqué. Entre clins d’œil au clip d’“Alright” et dis­cours sur la créa­tion et la réflex­ion autour de l’art, cette vidéo pub­liée sur le site dévoile qua­tre artistes : le promet­teur rappeur Baby Keem, la star bri­tan­nique Jor­ja Smith, l’actrice Yara Shahi­di et Kendrick Lamar lui-même. Les prochains artistes dévelop­pés via pgLang ?

Deux extraits d’un futur titre de Baby Keem et d’une col­lab­o­ra­tion entre Flo­rence + The Machine et Kamasi Wash­ing­ton y sont inté­grés. Le rappeur de Las Vegas est d’ailleurs le “pre­mier artiste à être parte­naire de pgLang”. Il avait déjà col­laboré avec Kendrick Lamar sur l’album de la bande orig­i­nale de Black Pan­ther.

Pour autant, ce pro­jet ne s’inscrit pas dans la logique d’un sim­ple label. Dans un autre com­mu­niqué, il pré­cise que ce n’est “ni un label, ni un stu­dio de ciné­ma ou une mai­son d’édition. C’est quelque chose de nou­veau”. Cette plate­forme est des­tinée aux artistes, créa­teurs et “aux pro­jets tournés vers les autres, avec et pour des expéri­ences partagées qui nous con­nectent tous”.

(Vis­ité 2 966 fois)