Tsugi 130 spécial histoires de disquaires : disponible partout

Le Tsu­gi 130 spé­cial his­toires de dis­quaires est disponible en kiosque et en ligne. Edi­to et som­maire.

C’est une évi­dence. Depuis 40 ans, l’univers de la musique a été com­plète­ment cham­boulé. Mul­ti­pli­ca­tion des moyens de dif­fu­sion, boule­verse­ment du mod­èle économique, styles en con­stante évo­lu­tion, artistes dont l’arrivée sur la scène est aus­si ful­gu­rante que leur dis­pari­tion. A pri­ori, 2020 n’a plus rien à voir avec 1980. Enfin presque. Car après avoir pris de plein fou­et une suc­ces­sion de crises, les dis­quaires indépen­dants sont tou­jours debout. En qua­tre décen­nies, l’expérience d’entrer dans l’un de leurs mag­a­sins n’a pas changé, même si le béo­tien est désor­mais accueil­li avec le sourire par le vendeur-érudit qui ne songe plus, comme cela a trop été sou­vent le cas par le passé, à le vir­er à coups de pompe dans le cul en cas de demande incon­grue. Mieux, au fil des années, ces bou­tiques à l’agencement demeuré iden­tique, d’autant plus que les bacs à vinyles ont large­ment sup­plan­té les casiers à CDs, ont tis­sé un lien social unique et irrem­plaçable au cœur de la vie cul­turelle des cités. Ce numéro de Tsu­gi hon­ore donc une pro­fes­sion qui, on le ver­ra tout le long de ces pages, est avant tout une affaire de pas­sion­nés. Quel que soit le côté du comp­toir où l’on se trou­ve. Un méti­er annon­cé en voie de dis­pari­tion, mais qui n’a pas mor­du la pous­sière, au pro­pre comme au fig­uré. Toute ressem­blance avec la presse mag­a­zine n’est pas for­cé­ment absurde.

 

Sommaire

  • Peur de vous per­dre à Paris le jour du Dis­quaire Day ? Le livre Le Paris des dis­quairespub­lié exclu­sive­ment le 10 avril, sera un bon guide.
  • On a rassem­blé les mem­bres de Gib­ert Joseph, Dizonord, Ground Zero et Total Heav­en pour dis­cuter des dif­fi­cultés mais aus­si des joies d’être dis­quaire aujour­d’hui.
  • Les dis­quaires nous racon­tent leurs meilleures anec­dotes de clients : mani­aques, bizarres ou impromptues.
  • On vous racon­te l’his­toire de Rough Trade France, dis­quaire majeur des années 1990, dans lequel tra­vail­laient notam­ment Arnaud Rebo­ti­ni et Ivan Smag­ghe.
  • Excur­sion au Japon, où la con­som­ma­tion de disque reste encore très dévelop­pée et exigeante, au point d’at­tir­er les dig­gers du monde entier.
  • Ren­con­tre avec Kevin, le dis­quaire de la Fnac célèbre pour ses “coups de cœur du vendeur”, assé­nant des punch­lines savoureuses.
  • Wendy Car­losNico­las Godin, Aran­del, nom­breux sont les artistes à avoir revis­ité Jean-Sébastien Bach à la sauce élec­tron­ique. On vous explique pourquoi ça marche.
  • L’his­toire du thérémine, le tout pre­mier instru­ment élec­tron­ique de l’his­toire : de Lénine aux Beach Boys et Jean-Michel Jarre.
  • Reportage dans un writ­ing camp organ­isé par Sony : le rassem­ble­ment de pro­duc­teurs, artistes et auteurs dans une même pièce pen­dant une dizaine de jours. Et paf, ça fait de la musique !
  • Notre disque du mois : Gene de LA Priest, pop groovy et aven­tureuse, et bien sûr un tas de nou­velles chroniques : Cari­bou, Chas­sol, CocoRosie, Yuk­sekAloïse Sauvage et d’autres.
  • Grandeur et déca­dence du club Péri­pate : com­ment le club est passé de la gloire au galères finan­cières, et peut-être bien­tôt la rédemp­tion.
  • Thy­lacine nous racon­te com­ment il a été pris dans une tem­pête aux Îles Féroé durant l’en­reg­istrement de son dernier disque.

Tsugi 130, maintenant en kiosque et sur notre boutique en ligne

(Vis­ité 1 070 fois)