Skip to main content
Tour-Maubourg au Rex Club / ©David Boschet
27 février 2020

Ça fait 4 ans que Pont Neuf Records défend la house made in France

par Tsugi

Une bougie de plus sur le gâteau. Le label français Pont Neuf Records fête ses quatre ans le 28 février avec une nouvelle compilation, Hexagonal Club, que l’on vous propose d’écouter en avant-première. Une nouvelle occasion d’observer la vitalité de la scène house en France, avec les artistes de la maison, Tour-Maubourg, Madcat, Cosmonection ou KX9000 mais aussi des invités de prestige comme Mangabey ou Herr Krank.

La compilation anniversaire est une sorte de tradition du label depuis sa première janvier 2016, Habemus Paname. “L’idée était de présenter tous les artistes du label et leur univers, ainsi que quelques amis”, nous explique le fondateur du label Thomas Prunier autour d’un café. Outre les fidèles cités plus haut, Folamour, Ethyene ou Dub Striker sont passés par ces compilations.

À l’origine, le label s’appelait Sprëe Factory, plutôt identifié comme un collectif parisien qui organisait des soirées house au début des années 2010. “Notre nom faisait référence à Berlin [la Spree étant la rivière qui traverse la capitale allemande, ndr], mais les musiciens programmés étaient surtout Parisiens. C’est d’ailleurs via ce projet que j’ai rencontré la plupart des artistes du label.” Voyant alors qu’au sein de la scène électronique internationale, la house française s’érigeait de plus en plus en un label de qualité, Thomas quitte le collectif et monte sa propre écurie qui porterait le sceau de la scène locale. Depuis, il accompagne à son échelle la house française – dont il constate l’hyperactivité ainsi que le décloisonnement progressif – à coup de résidence au Rex Club et d’élégantes sorties : “Il y a une véritable envie de se rassembler pour faire avancer les choses – et dans le bon sens !

De gauche à droite : KX9000, Thomas Prunier, Madcat, Berzingue, Cosmonection, Tour-Maubourg, Calmos

La compilation des 4 ans du label, « Hexagonal Club », en vinyle

Que ce soit pour les artistes signés ou les invités, Pont Neuf privilégie le contact humain. C’est ce qui explique la fidélité du label envers ses artistes. “Dès le début, j’avais une idée assez définie sur le fait de monter une ‘maison d’artistes’ plutôt qu’une maison de disques”, précise Thomas. Les artistes sont suivis au-delà de la sortie des disques, avec du booking, du management, ou de l’édition. Cela permet de créer une communauté d’artistes qui partagent désormais un même studio, mais aussi de diversifier l’activité de Pont Neuf.

J’ai malheureusement du mal à concevoir le fait qu’on puisse seulement vivre des revenus des disques de son label”, avoue-t-il. Dans une situation économique où le streaming rapporte peu et les ventes physiques peinent à décoller, il est important d’être multitâches pour survivre, surtout si on est spécialisé. “D’un autre côté, c’est tout aussi bénéfique car chaque sujet vient supporter l’autre”, conclut Thomas avec optimisme. On peut donc se donner rendez-vous l’an prochain pour une nouvelle compilation, ou bien passer une tête à la soirée anniversaire le 21 mars au Rex Club.

Soirée Pont Neuf au Rex ©Léo Vidale

Visited 64 times, 1 visit(s) today