Crédit Photo : Mica Elig

Ça sort aujourd’hui : vendredi 8 mars

C’est ven­dre­di, c’est jour de sor­tie ! Vu qu’il est par­fois dif­fi­cile de s’y retrou­ver avec tous les dis­ques qui sor­tent chaque semaine, Tsu­gi a décidé de vous faciliter la tâche en vous faisant une petite sélec­tion de galettes – LPs et EPs con­fon­dus – qui vien­nent de paraître et qui nous font vrai­ment envie : c’est le “ça sort aujourd’hui”. Voici donc de quoi accom­pa­g­n­er votre week­end avec l’électro orches­trale de Worakls, la tech­no noire de Pfirter, l’electronica de Prin­ci­plea­sure, les ryth­miques 90’s de Locked Groove, la pop rêveuse de Papooz, celle, plus esti­vale, de Born Idiot et la tech­no per­cus­sive de Yilan.

Worakls — Orchestra [Hungry Music]

Après une tripotée d’EPs, Worakls se devait de sor­tir son pre­mier album solo. Mais plutôt que de rester dans sa zone de con­fort, le co‐fondateur de Hun­gry Music a choisi de mélanger ses tex­tures élec­tron­iques à des instru­ments acous­tiques. Orches­tra accueille donc les musi­ciens de l’Orchestre Phil­har­monique d’Aix en Provence pour pro­pos­er dix titres inspirés par les ban­des orig­i­nales de film. Et c’est juste­ment dès qu’elle s’engouffre plus avant dans des atmo­sphères ciné­ma­tiques que la propo­si­tion musi­cale de l’artiste est la plus intéres­sante. On retien­dra notam­ment “Caprice” aux faux airs de film d’espionnage type Mis­sion Impos­si­ble ou Detached Motion qui ne dénoterait pas dans X‐Men: First Class.

Pfirter — The Empty Space [MindTrip]

Un pre­mier saut dans le long‐format pour Pfirter. Son album The Emp­ty Space témoigne de sa palette de couleurs en diver­si­fi­ant les ambiances. Le disque pour­rait en effet se décom­pos­er en deux par­ties : une pre­mière moitié plus brute, physique et rugueuse, et une sec­onde plus débridée et organique. C’est d’ailleurs vers la fin que se ressen­ti­ra pleine­ment le goût de l’artiste pour la science‐fiction et pour la fan­ta­sy love­crafti­enne. Car entre les découpes ryth­miques chirur­gi­cales se cachent des syn­thé­tiseurs dis­tor­dus aux allures de cris d’aliens. Le voy­age se con­clu­ra sur une note glaçante : le déli­cieux “I Am” qui prou­vera la dex­térité de son auteur, capa­ble de pass­er de la tech­no au dark ambi­ent en un clin d’oeil.

Principleasure — [Principleasure]

Prin­ci­plea­sure a plusieurs cordes à son arc. Sur I, le pro­duc­teur anglais déploie une elec­tron­i­ca pro­téi­forme, puisant aus­si bien dans des atmo­sphères som­bres comme sur “Hexag­o­nal”, que dans la tech­no de Detroit 90’s entraî­nante sur “Ryse”. Le point com­mun de ces onze morceaux ? Une util­i­sa­tion con­stante de syn­thé­tiseurs analogiques vin­tage.

Locked Groove — Sunset Service [Hotflush Recordings]

Décidé­ment cette semaine, les pre­miers albums sont à l’honneur. C’est une nou­velle fois le cas avec Sun­set Ser­vice de Locked Groove. Après une série d’EPs sor­tis l’année dernière, le pro­duc­teur nous pro­pose douze morceaux inspirés par le groove élec­tron­ique des années 90. Entre le revival évi­dent d’ “Out Of Orbit” et les rythmes breakés de “Soma” il est facile de percevoir que l’artiste a digéré toute une décen­nie de musique. Il y apporte toute­fois une cer­taine touche de moder­nité comme en deux­ième par­tie d’album sur les titres “Swim­ming Upstream” ou “Round And Round”.

Papooz — Night Sketches [Half Awake Records]

On quitte la musique élec­tron­ique pour rejoin­dre Night Sketch­es, le nou­v­el album de Papooz. Aidé par Adrien Durand — leader du groupe Bon Voy­age Organ­i­sa­tion — , le duo parisien s’éloigne de la pop d’aujourd’hui pour se rap­procher un peu plus de celle d’hier. En effet, des inspi­ra­tions sev­en­ties et eight­ies se ressen­tent par­mi les arrange­ments et les mélodies des dif­férents morceaux. Le groupe a sans doute écouté Elec­tric Light Orches­tra avant de com­pos­er “You And I” ou Super­tramp avant de jouer les pre­mières notes de “The­atri­cal State Of Mind”. Le prix de la piste la plus folle sera décerné à l’entraînant “Bub­bles” durant lequel il sera dif­fi­cile de rester insen­si­ble.

Born Idiot — Coco Trip [Born Idiot]

Une tran­si­tion toute trou­vée après Papooz. En 2017, les Ren­nais de Born Idiot avaient sor­ti After­school, un pre­mier album entière­ment auto­pro­duit. Deux ans plus tard, ils remet­tent le cou­vert avec l’EP Coco Trip. Plus abouti que son prédécesseur, le disque pro­pose cinq morceaux qui devraient plaire aux indies kids de tous hori­zons avec un peu de MNNQNS dans la voix du chanteur et de Hoops dans la pro­duc­tion.

Yilan — Diaspora [Jelly Bean Farm]

Ama­teur d’ambiances dark, cet EP est fait pour vous. Sur Dias­po­ra, Yilan pro­pose une alter­na­tive à la tech­no en rythme 4/4 clas­sique avec sa musique élec­tron­ique sauvage et hors for­mat. Les morceaux sont tous très per­cus­sifs, sans qu’on sache trop si ce qu’on entend provient d’un syn­thé ou d’une  boîte à rythmes. Jusqu’au-boutiste, l’artiste signe un morceau trib­al : “Bot­tl­neck”, en col­lab­o­ra­tion avec Fox­mind, le co‐fondateur du label Cir­cu­lar Jaw.

(Vis­ité 955 fois)