Ça sort aujourd’hui : vendredi 2 août

C’est ven­dre­di, c’est jour de sor­tie ! Vu qu’il est par­fois dif­fi­cile de s’y retrou­ver avec tous les dis­ques qui sor­tent chaque semaine, Tsu­gi a décidé de vous faciliter la tâche en vous faisant une petite sélec­tion de galettes – LPs et EPs con­fon­dus – qui vien­nent de paraître et qui nous font vrai­ment envie : c’est le “ça sort aujourd’hui”. Voici donc de quoi accom­pa­g­n­er votre week­end avec l’al­bum live syn­th­pop déjan­té de Fever Ray, l’ovni tan­tôt break­beat tan­tôt gab­ber de E‑Saggila pour l’after du dimanche matin et la house lo-fi du duo Masks pour finir au calme.

Fever Ray — Live at Troxy [Rabid Record / PIAS]

Après deux ans d’ab­sence, la Sué­doise Fever Ray, l’autre moitié de The Knife, réap­pa­raît avec des titres joués en live au Troxy à Lon­dres en mars 2018. Pour ceux qui n’au­raient pas eu la chance de la voir en con­cert, voilà votre lot de con­so­la­tion. Il y a quand-même de la nou­veauté, elle réside dans la sor­tie inédite du morceau remixé à Troxy “I’m Not Done” de son album éponyme Fever Ray sor­tie en 2009. On est donc plutôt sur une redé­cou­verte de l’artiste. Pour ceux qui ne la con­nais­sent pas, Fever Ray est une artiste sué­doise fémin­iste autant influ­encée par Björk qu’Aphex Twin. Depuis ses débuts, elle livre une syn­th­pop dark mais son dernier album s’est éclair­ci mais on peut tou­jours recon­naître sa voix stri­dente entre mille.

Masks — EP2 [Spring Theory]

Le duo new-yorkais Masks (con­sti­tué du pro­duc­teur élec­tron­ique Max Ravitz alias Patri­cia et du com­pos­i­teur Alex­is Geor­gopou­los alias Arp) débar­que pour une deux­ième sor­tie “In This Room” évoque par ses accords douce­ment mélan­col­iques le couch­er de soleil d’un été dans la grosse Pomme. Une ambiance qu’on retrou­ve sur “Emo­tion­al Response” et ses sons usés de per­cus­sions, mais qui se fait vite tri­t­ur­er par une petite ligne d’acid détraquée. Les qua­tre titres se dila­tent, s’étirent au ser­vice d’une house lo-fi par­faite pour con­tem­pler la ville depuis son bal­con… ou la plaine depuis une colline.

E‑Saggila — My World My Way [Northern Electronics]

Dès les pre­mières sec­on­des du morceau “Aziza”, on s’est demandé à qui et à quoi on avait affaire. On a rassem­blé quelques élé­ments et tout laisse à penser que c’est un ovni. Le pre­mier titre risque de fédér­er les foules avec ses sonorités gab­ber mais psy­chédéliques au vu du sam­ple vocal dis­tor­du. On s’at­tend donc à un disque de tech­no hard­core. Et puis finale­ment, pas du tout. Le deux­ième titre sur­prend de par ses bass­es sat­urées prêtes à explos­er. Troisième titre, on ne com­prend plus. C’est une pause, un morceau planant où les BPM sont telle­ment redescen­dus qu’on croirait à une chute de ten­sion. En bref, la pro­duc­trice cana­di­enne s’af­fran­chit des gen­res dans son album pour livr­er un savoureux mélange de morceaux autant gab­ber que drum’n’bass, qui nous font pass­er par toutes les émo­tions. Un album par­fait pour l’after du dimanche matin.

(Vis­ité 851 fois)