Ça sort aujourd’hui : vendredi 30 novembre

C’est ven­dre­di, c’est jour de sor­tie ! Vu qu’il est par­fois dif­fi­cile de s’y retrou­ver avec tous les dis­ques qui sor­tent chaque semaine, Tsu­gi a décidé de vous faciliter la tâche en vous faisant une petite sélec­tion de galettes – LPs et EPs con­fon­dus – qui vien­nent de paraître et qui nous font vrai­ment envie : c’est le “ça sort aujourd’hui”. Voici donc de quoi accom­pa­g­n­er votre week‐end avec des remix­es de Régi­na Dem­i­na, un EP déli­cieuse­ment tech­no du Roumain Andrew Red Hand, l’éclectisme de Brook Line, la folk orig­i­nale de P.A Hülsen­beck et la toute dernière com­pil’ ambi­ent du label Kom­pakt.

Régina Demina — Pyromane Remixes [Kwaidan Records]

Tout juste sept mois après son pre­mier EP L’été meur­tri­er, Régi­na Dem­i­na lance la deux­ième salve avec des remix­es de son titre‐phare “Pyro­mane”. La chan­son orig­i­nale, syn­th­pop som­bre ryth­mée par des syn­thé­tiseurs grinçants, s’offre une sec­onde jeunesse. Elle devient plus douce et vaporeuse sous les doigts de Vik­to­ria Lucas, se décon­stru­it dans la dark tech­no de Cora Novoa, gagne en puis­sance chez Mol­e­cule et touche même au hard­core dans les mains de Fifth Era… Qua­tre remix­es sen­si­ble­ment dif­férents, mais guidés par l’esprit tech­no.

Andrew Red Hand — Revolution ’89 [Lobster Theremin]

La Main Rouge sort un nou­v­el EP de qua­tre titres sur le sub‐label de Lob­ster Theremin, Lob­ster UNDR. Act­if depuis plus de 20 ans sur la scène élec­tron­ique en Roumanie, Andrew et sa musique sont bien loin de la micro‐house qu’on asso­cie aujourd’hui à son pays. Inspiré depuis tou­jours par la tech­no pio­nnière orig­i­naire de Détroit, il fusionne aujourd’hui tech­no brute, acid‐house et élec­tro sat­urée. Une pre­mière appari­tion sur le label anglais, après être passé par Chi­wax ou M>O>S Record­ings, et avoir enreg­istré quelques mix pour Radio UR (oui, celle d’Underground Resis­tance) ou The Grid, celle de Detroit Tech­no Mili­tia. Banger.

Brook Line — Run Away [Mouton Noir Records]

Peu de cohérence? Qu’importe, Brook Line préfère la spon­tanéité. Du haut de ses vingt ans, il préfère com­pos­er à par­tir d’une thé­ma­tique plutôt qu’autour d’un genre. Alors dans son EP Run Away, il se lance dans des explo­rations de styles : d’une base élec­tron­ique à des influ­ences claire­ment hip‐hop, de la tech­no noire au down­tem­po glitch… De quoi pos­er les bases pour annon­cer la couleur d’un éventuel album et d’une tournée qui se pré­par­ent pour 2019.

P.A. Hülsenbeck — Garden Of Stone [Altin Village & Mine]

Du haut de ses 27 print­emps, Philipp Hülsen­beck sort un qua­trième album d’automne invraisem­blable de pro­fondeur et d’élégance. Entre ambi­ent, folk et sonorités plus frontales, ce Jardin de pierre est un monde dans lequel la prom­e­nade se révèle être pleine de sur­pris­es. Le multi‐instrumentiste et chanteur délivre un disque plein de matu­rité dans lequel on se perd volon­taire­ment dès les pre­mières notes. Un agréable piège qui devient plus grandiose à chaque sec­onde d’écoute.

Various Artists — Pop Ambient 2019 [Kompakt]

Le label Kom­pakt sort une nou­velle com­pi­la­tion davan­tage cen­trée sur la musique acous­tique et ambi­ent avant‐gardiste. Syn­thés, cordes et échan­til­lons de voix loin­taines s’entremêlent le long des qua­torze pistes. Le fil rouge de ce disque : un sen­ti­ment de bande‐originale de science‐fiction mod­erne. Si cer­tains morceaux cul­tivent les atmo­sphères apaisées, comme “Schien Immer” de Mor­gen Wurde et Maria Estrel­la, d’autres se défor­ment en quelque chose de lugubre comme “Rot 2” de Gre­gor Schwellen­bach, ren­forçant alors l’aspect ciné­matographique général. Un album homogène et con­tem­platif qui inspir­era facile­ment des images men­tales à son audi­toire.

(Vis­ité 725 fois)