Extrait de la pochette de "Resonant Body" d'Octo Octa

Ça sort aujourd’hui : vendredi 6 septembre

C’est ven­dre­di, c’est jour de sor­tie ! Vu qu’il est par­fois dif­fi­cile de s’y retrou­ver avec tous les dis­ques qui sor­tent chaque semaine, Tsu­gi a décidé de vous faciliter la tâche en vous faisant une petite sélec­tion de galettes – LPs et EPs con­fon­dus – qui vien­nent de paraître et qui nous font vrai­ment envie : voici donc de quoi accom­pa­g­n­er votre week-end avec le rappeur Post Mal­one, la house d’Oc­to Octa, les pro­duc­tions min­i­mal­istes de Dominik Eul­berg entre tech­no et elec­tron­i­ca, l’indie pop de Girl in red, les expéri­men­ta­tions en arabe de Carl Gari & Abdul­lah Mini­awy.

Post Malone — Hollywood’s Bleeding [Republic Records]

Le rappeur améri­cain orig­i­naire de Dal­las revient avec Hooly­wood’s Bleed­ing, son troisième album, et sem­ble main­tenir son impres­sion­nant rythme de croisière avec ce nou­veau pro­jet. C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures con­fi­tures et Post Mal­one sem­ble se tenir à l’adage. Il applique sa recette habituelle à la per­fec­tion et on est for­cé de con­stater que ça marche. Enchainant hits sur hits, il se per­met des feats avec de gros noms de la scène rap US comme Travis Scott, Meek Mill, SZA, Young Thug et même de s’of­frir un titre avec la légende Ozzy Osbourne. Pas de sur­pris­es dans cet album qui s’an­nonce déjà comme un clas­sique pour les fans du genre.

Octo Octa — Resonant Body [T4T LUV NRG]

Troisième album égale­ment pour Maya Bouldry-Morrison  aka Octo Octa, l’Améri­caine qui nous livre le déli­cieux Res­o­nant Body après un an de tournée à tra­vers le monde. Dans ce nou­v­el LP , Octo Octa nous con­fie son tra­vail le plus spir­ituel et lié à la nature. Pour se faire, elle est allé enreg­istr­er son album en décem­bre dernier, dans son chalet du New Hamp­shire, afin de “capter la réso­nance de la forêt et la beauté de la riv­ière”. On se laisse donc porter entre les sons house et ambi­ent et on en ressort car­ré­ment apaisé. Un must-listen pour com­mencer le week­end du bon pied.

Dominik Eulberg — Mannigfaltig [!K7 Music]

Décidé­ment la nature est à l’hon­neur ce ven­dre­di ! Dominik Eul­berg, le pro­duc­teur alle­mand spé­cial­iste de tech­no min­i­male, est de retour, huit ans après son dernier disque, avec Man­nug­faltig, son éloge écologique. Véri­ta­ble plaidoy­er pour la préser­va­tion de la bio­di­ver­sité con­tre la men­ace humaine, le tra­vail de l’artiste nous balade à tra­vers les rythmes ondu­lants et prenants de ses pads et crée en nous une rib­am­belle d’é­mo­tions. Lais­sez vous sub­merg­er par cette ode à la nature pour un voy­age spir­ituel dans les forêts alle­man­des.

Girl in red — Chapter 2 [Marie Ulven]

Direc­tion la Norvège avec la sor­tie du sec­ond EP de la jeune Marie Ulven aka Girl in red, la nou­velle sen­sa­tion de l’indie pop qui ne cesse de grimper. Celle qui s’est faite con­naitre grâce aux réseaux soci­aux revient ici nous racon­ter un nou­veau chapitre de son exis­tence avec ce Chap­ter 2. Elle puise son inspi­ra­tion dans ses his­toires du quo­ti­di­en, ses expéri­ences per­son­nelles qu’elle retran­scrit dans ces chan­sons enreg­istrées directe­ment dans sa cham­bre. Ren­trez dans son univers léger et per­son­nel à tra­vers cet EP franche­ment rafraichissant !

Carl Gari & Abdullah Miniawy — Whities 023 ( The Act of Falling from the 8th Floor) [Whitties]

Au début on trou­ve ça plutôt étrange mais une fois dedans on est comme hyp­no­tisé. Présen­tés l’un à l’autre au Caire en 2015, Carl Gari et Abdul­lah Mini­awy sont ce qu’on peut appel­er un coup de foudre musi­cal et ami­cal. Les deux artistes main­tenant basés entre Paris et Munich, suite à la répres­sion du régime égyp­tien et l’ex­ode d’Ab­dul­lah, nous trans­portent dans un autre univers avec l’énig­ma­tique The Act of Falling from the 8th Floor. Selon eux, tout le pro­jet est cen­tré autour du poème “B’aj”, dans lequel le pro­tag­o­niste se jette du haut d’un immeu­ble de huit étages du Caire et dépeint le coté som­bre de la société égyp­ti­enne. Il s’y dégage une ambiance con­tem­pla­tive, brumeuse, mys­tique et on s’y aban­donne volon­tiers.

(Vis­ité 612 fois)