Crédit : Warren Jackson

Ça y est, l’album live de New Order est arrivé !

Ven­dre­di nos­tal­gie. Lorsque l’on fait de la musique depuis plus de quar­ante ans, il est tou­jours ten­tant de se retourn­er sur le chemin par­cou­ru. Pour réfléchir, mieux repar­tir, ou peut‐être tout sim­ple­ment, se faire plaisir. Con­cer­nant les Man­cu­niens de New Order, on penche pour la troisième option. Rappelez‐vous : le groupe s’était retrou­vé au Man­ches­ter Inter­na­tion­al Fes­ti­val pour une série de con­certs. Pas de nou­veaux morceaux en écoute, seule­ment l’exploration du passé, du clas­sique “Sub‐Culture” aux faces B (“Behind Closed Doors”), tout en pas­sant par Joy Divi­sion (“Dis­or­der”) . Tout autant de titres devenus cultes — ou non — au fil du temps, livrés à une toute nou­velle inter­pré­ta­tion. À l’occasion de ces con­certs évène­ments au Old Grana­da Stu­dios — berceau des débuts de Joy Divi­sion à la télévi­sion — Bernard Sum­n­er et sa bande se sont amusés à recon­stru­ire et recom­pos­er leurs titres phares. Mais cette fois‐ci, ils ont égale­ment été épaulés. C’est l’artiste con­tem­po­rain Liam Gillick qui se trou­ve der­rière la scéno­gra­phie. En out­re, le groupe a fait appel à un ensem­ble de douze syn­thé­tiseurs du Roy­al North­ern Col­lege of Music. En bref, il y avait de quoi s’impatienter.

De tout cela résulte ∑(No,12k,Lg,17Mif) New Order + Liam Gillick: So it goes… Un nom exten­si­ble pour une galette de dix‐huit titres, loin d’avoir été choi­sis au hasard. Tan­dis que cer­tains morceaux passent du côté instru­men­tal, comme “Times Change”, d’autres con­ser­vent la voix de Sum­n­er, sur laque­lle pèse par­fois le poids des années. D’ailleurs, ce disque se présente plutôt sous la forme d’une leçon : la musique n’est pas hors du temps. Elle vit, grandit et vieil­lit avec nous. Et c’est peut‐être ce qui la rend encore plus appré­cia­ble. Il ne manque plus qu’un bon vin.

New Order sera en con­cert au Grand Rex le 11 octo­bre prochain. Retrou­vez plus d’informations sur la page Face­book de l’évènement

Et si vous êtes plutôt Spo­ti­fy : 

(Vis­ité 894 fois)