Artwork de "Unknown Pleasures" de Joy Division

Ce jour où Bono n’en revient pas de rencontrer Ian Curtis de Joy Division

Bono, le leader de U2, racon­te sa pre­mière ren­con­tre avec Ian Cur­tis, l’icône emblé­ma­tique de Joy Divi­sion, lors de l’en­reg­istrement du titre mythique “Love Will Tear Us Appart”.

C’est dans le cadre du qua­trième épisode de la série de pod­cast Trans­mis­sions: The Defin­i­tive Sto­ry of Joy Divi­sion & New Order sor­ti le 19 novem­bre dernier que Bono, leader du groupe irlandais U2, livre son incroy­able ren­con­tre avec Ian Cur­tis, le leader de l’un des plus grands groupes de post-punk et new wave : Joy Divi­sion. Réu­nis­sant Anna Calvi, Max­ine Peake, Thurston Moore (de Son­ic Youth et Swans) et cer­tains mem­bres de Joy Divi­sion (comme le bat­teur Stephen Mor­ris), cet épisode retrace l’écriture et l’enregistrement du mythique “Love Will Tear Us Appart” en 1980.

Stephen Mor­ris, bat­teur de Joy Divi­sion, racon­te l’ar­rivée de U2 au stu­dio : “Un groupe de très jeunes hommes irlandais arrive et se présente comme U2. Mar­tin Han­nett se van­tait d’être le pro­duc­teur de l’al­bum de Joy Divi­sion” se remémore-t-il. “Je me sou­viens d’eux entrant dans le stu­dio alors que je fai­sais le tom break de ‘Love Will Tear Us Apart’ pour la énième fois. Le jeune homme avec le nom bizarre, ‘Bono’, écoutait ce que j’é­tais en train de faire et sem­blait embal­lé. Il a dit : ‘Je ne sais pas ce que tu es en train de faire, mais ça ajoute beau­coup au morceau’. J’ai trou­vé ça très gen­til de sa part. Mar­tin a pris ça comme une indi­ca­tion comme quoi ce que je fai­sais était de la merde et l’a jeté”.

 

À lire également
Comment Joy Division est devenu New Order : le mythe raconté par ceux qui l’ont vécu

 

Ils avaient beau­coup de vinyles : des choses comme Frank Sina­tra, Kraftwerk et Bartók, partage à son tour Bono dans le pod­cast. Il y avait de la musique clas­sique, élec­tron­ique, et Frank Sina­tra, bor­del.” D’après lui, les mem­bres de Joy Divi­sion étaient “très gen­tils, ils sont venus nous dire bon­jour. On leur a ser­ré la main”. Et puis lorsque Ian est arrivé, sa pre­mière pen­sée fut : “Oh mon dieu, je vais ren­con­tr­er Ian Cur­tis. J’ai sor­ti ma main et il a dit ‘tout va bien ?’ et je ne reve­nais pas du son qu’il fai­sait”.

(Vis­ité 1 268 fois)