©Hortense Giraud

đŸ˜± Ce qui pourrait arriver de pire
 au Positive Education Festival

En amont du Pos­i­tive Edu­ca­tion Fes­ti­val de Saint-Etienne (9–13 novem­bre), les cofon­da­teurs nous ont partagĂ© leurs plus grandes craintes quant Ă  l’or­gan­i­sa­tion de leur fes­ti­val
 entre imag­i­na­tion et faits rĂ©els.

C’est bien con­nu, les fes­ti­vals sont des Ă©vĂ©ne­ments dont l’or­gan­i­sa­tion demande du temps, de l’in­vestisse­ment et de la coor­di­na­tion, mais qui sont aus­si soumis aux alĂ©as du hasard et aux joies pro­pres Ă  ce type d’évĂ©ne­ments. La pire crainte des organ­isa­teurs : qu’un grain de sable vienne tout cham­bouler. Et mal­heureuse­ment, c’est sou­vent le cas. Du 9 au 13 novem­bre, le Pos­i­tive Edu­ca­tion Fes­ti­val s’in­stallera Ă  Saint-Étienne. On y attend des poids lourds de la scĂšne Ă©lec­tron­ique (française et inter­na­tionale) : Ivan Smag­ghe, Lau­rent Gar­nier, Jen­nifer Car­di­ni, Manu Le Malin
 À quelques jours de l’ou­ver­ture, plutĂŽt que de penser au meilleur, on s’est amusĂ© Ă  imag­in­er le pire avec les fon­da­teurs du fes­ti­val, Charles Di Fal­co et Antoine Her­nan­dez, entre petits coups de chaud Ă  l’is­sue heureuse et rĂ©elles galĂšres. Ils racontent.

Charles Di Fal­co et Antoine Her­nan­dez, fon­da­teurs du Pos­i­tive Edu­ca­tion Fes­ti­val / ©DR

1/ Une des pires angoiss­es que nous ayons pour cette annĂ©e, c’est que Shy­girl con­fonde le den­ti­frice avec la colle Ă  den­tier et ne puisse pas chanter lors du con­cert d’ouverture

C’est dĂ©jĂ  arrivĂ© Ă  un artiste alle­mand (dont on taira le nom) pen­dant le fes­ti­val 2018, qui a con­fon­du le den­ti­frice et la colle Ă  dents Ă  l’épicerie en bas de son hĂŽtel. Il est restĂ© trois heures au-dessus de son lavabo Ă  se vers­er de l’eau chaude pour pou­voir ouvrir la bouche. Heureuse­ment, il Ă©tait DJ et pas chanteur !

2/ La peur de tous les pro­gram­ma­teurs de fes­ti­val : qu’un artiste ne puisse pas venir

Comme Jeff Mills en 2019, que nous avons du rem­plac­er au dernier moment par François X pour un set de 3h Ă  4h du matin, alors qu’il Ă©tait en pleine par­tie de PlaySta­tion avec Antigone Ă  19h Ă  Paris, le soir mĂȘme. Il a sautĂ© dans le dernier train en direc­tion de Saint-Étienne pour arriv­er Ă  temps. On ne le remerciera jamais assez.

Positive Education Festival

©Emma Ver­net

3/ Mon­ter deux pro­gram­ma­tions
 pour au final n’en sor­tir aucune

Fin 2019. AprĂšs notre Ă©di­tion, nous nous sommes mis Ă  tra­vailler directe­ment sur le line up de 2020 avec une pro­gram­ma­tion inter­na­tionale. En fĂ©vri­er, elle Ă©tait bouclĂ©e et les deman­des de book­ings on com­mencĂ© Ă  ĂȘtre envoyĂ©es. En mars, le gou­verne­ment annonce la pandĂ©mie. Nous avons alors rĂ©flĂ©chis Ă  une pro­gram­ma­tion 100% française car nous nous doutions que les voy­ages en Europe seraient sĂ»re­ment trĂšs com­pliquĂ©s, et surtout pour sup­port­er notre scĂšne française qui n’a pas pu jouer pen­dant six mois. ArrivĂ©s Ă  la fin de l’étĂ©, nous avons du pren­dre la dĂ©ci­sion de tout annuler, comme beau­coup. On espĂšre vrai­ment ne plus jamais revivre ça


4/ Une nou­velle pandémie

L’angoisse. On ne sait pas pourquoi mais des insectes mutants envahissent la Terre. En plus du pass san­i­taire, l’entrĂ©e du fes­ti­val se fait en mous­ti­quaire obligatoire.

❏

Répartition des artistes jour par jour / 2021

(Vis­itĂ© 1 312 fois)