©Glauco Canalis

Ce superbe album de Kamaal Williams n’est pas du jazz, “c’est du Wu funk”

Après l’introductif et désor­mais clas­sique Black Focus avec le bat­teur Yussef Dayes, et le plus com­plexe The Return en solo qui encap­su­lait “l’essence du Lon­dres under­ground”, le vir­tu­ose du clavier Kamaal Williams revient avec un tout nou­veau disque, Wu Hen. Un long qui en dit beau­coup sur son iden­tité per­son­nelle et artis­tique, qui l’impose (enfin) avec fra­cas, comme une référence d’outre-Manche – pour ne pas affirmer autre chose.

Sous un soleil de plomb à l’une des tables de l’Hôtel Amour, au lende­main d’une Fête de la musique un poil spé­ciale pen­dant laque­lle Kamaal Williams – Hen­ry Wu pour le civ­il – ridait sur le toit d’une caisse dans le Pigalle de son ami Stéphane Ash­pool, nous avons ren­con­tré le natif de Peck­ham pour par­ler de Wu Hen, sa toute dernière propo­si­tion musi­cale ; aus­si com­plète que géniale. Autant vous l’avouer tout de suite, et bien enten­du, en accord avec les dires de son créa­teur : “Wu Hen est [s]on meilleur album, le disque ultime”. Alors, que se cache-t-il sous cette pochette à la fois sug­ges­tive et éva­sive réal­isée par le pein­tre en vogue Oth­e­lo Ger­va­cio ?

Wu Hen est mon meilleur album, le disque ultime.”

Art­work

Si vous con­nais­sez l’artiste et ses obses­sions, vous serez donc fam­i­li­er avec cette com­po­si­tion à trois, déjà bichon­née sur ses précé­dents essais, octroy­ant “le plus d’espace pos­si­ble, per­me­t­tant à chaque musi­cien de “s’exprimer le plus libre­ment qu’il soit”. Selon cette idée pré­cise, on est heureux de retrou­ver à la baguette pour la total­ité des cordes du disque, Miguel Atwood-Ferguson, dont la répu­ta­tion et le brio se mesurent à son grand nom­bre de col­lab­o­ra­tions (Ray Charles, Fly­ing Lotus, Dr. Dre, Seu Jorge, Thun­der­cat…). Mais Kamaal a le nez fin, et son flair, en plus de l’allier au(x) meilleur(s), l’a amené à s’associer à un jeune artiste totale­ment dévoué au sax­o­phone, ren­con­tré en tournée, à Atlanta : Quinn Mason. Un tal­ent brut, “un frère”, qui n’a ni plus ni moins “com­plète­ment changé [s]a façon glob­ale de com­pren­dre la musique.”

Avec eux, mais aus­si en com­pag­nie du New-Yorkais Greg Paul à la bat­terie – “le respon­s­able de ce groove appuyé” –, le bassiste Rick James – “un nom comme ça, ça ne s’invente pas” —, Ali­na Bzhezhin­s­ka à la harpe et la chanteuse Lau­ren Faith sur le funky “Hold On” (qu’on vous présen­tait en avant-première), Wu Hen prend une tout autre ampleur. Pour une fois sous ce nom, Kamaal Williams se détache de ce côté plus expéri­men­tal, pour finale­ment accouch­er d’un son plus organique, pré­cis, à en faire pâlir les musi­ciens issus du monde académique du jazz. Sans les nom­mer, et sans en être, le Lon­donien s’amusera sim­ple­ment à dire : “Les mecs, vous vouliez du jazz ? OK, vous l’avez !” Une pos­ture de rup­ture, ou à l’inverse, d’élévation, qui a le mérite d’être directe.

Comme un exem­ple par­mi d’autres, prenons le morceau “Pigalle”. Un titre qui nous a ren­voyé non sans nos­tal­gie dans ce Paris ear­ly fifties qui sédui­sait déjà le jeune Miles Davies – “le vrai monde du jazz” acqui­esce Kamaal. En plein cœur de ce Saint-Germain-des-Prés, qui vibrait aux souf­fles des instru­ments à vent, tran­spi­rant sur ces ritour­nelles de pianos qui rap­pel­lent la façon de jouer des bat­teurs. Ce don avec tech­nique, ces claviers qui son­nent comme des per­cus­sions et qui agis­sent comme de solides “fon­da­tions”, c’est effec­tive­ment la sig­na­ture du lon­donien. Un style ultra-reconnaissable, per­fec­tion­né depuis ses débuts, et finale­ment label­lisé comme étant du “Wu funk”. D’un check assuré et de ce “you got it baby!” qui se passe de tra­duc­tion, nous sommes flat­tés d’avoir visé juste.

 

À lire également
D’où vient l’incroyable vitalité de la nouvelle scène jazz UK ? De Tomorrow’s Warriors
Ce superbe album de Kamaal Williams n’est pas du jazz, “c’est du Wu funk”
Qui est Yussef Dayes, métronome de la nouvelle scène jazz UK

La nouvelle scène jazz ne serait pas ce qu’elle est sans Robert Glasper

 

En plus d’être son nom d’usage, Hen­ry Wu est égale­ment l’alias que le Lon­donien embrasse lorsqu’il se mue en DJ. Un pro­duc­teur chevron­né, en bon Anglais, fana­tique de house – et par exten­sion de bro­ken beat. Son amour pour ce genre, il l’a con­stam­ment chéri, et comme sur tous ses dis­ques jusqu’ici, Kamaal Williams a tou­jours eu cette volon­té de pro­pos­er “une ver­sion live de la house music – ce qui était d’ailleurs l’idée de base de Black Focus [son pre­mier album sous Yussef Kamaal, avec le bat­teur Yussef Dayes]”. Pour Wu Hen, c’est le track “Mr Wu” qui décroche ce pré­cieux rôle ; et quel nom plus appro­prié à ça, finale­ment ?

Puisque Kamaal Williams men­tionne son pre­mier disque, nous n’avions pas d’autre alter­na­tive que de lui deman­der un bref com­men­taire sur le long de Dayes et Tom Misch. La réponse vaut son pesant d’or : “Tu sais, je suis un sportif, un vrai com­péti­teur. Je pen­sais que son album me remet­trait illi­co au boulot. Mais ça n’a pas été le cas, son disque m’a vrai­ment déçu. Yussef n’est pas cen­sé être le meilleur bat­teur ? On a déjà fait un clas­sique ensem­ble, alors, s’il est chaud, retournons en stu­dio pour faire un Black Focus 2 !” On ne va pas refaire l’histoire, mais si on peut la faire avancer…

©Glau­co Canalis

(Vis­ité 1 869 fois)