©Hart Leshkina

Ces 43 artistes de la dernière compile d’Arca pourraient faire le futur des musiques électroniques

Après Mutants Vol.1 : 1312, Arca et sa com­mu­nauté Mutants1000000 sig­nent sa sec­onde mix­tape. Le but ? Récolter des fonds en vue de soutenir les droits civils des com­mu­nautés non-blanches, Queer et trans, vic­times de racisme et de trans­pho­bie, et ce par une mix­tape représen­ta­tive de cette scène très riche musicalement.

Conçue par les « Mutants », mem­bres de la com­mu­nauté Dis­cord Mutants1000000 fondée par Arca, la sor­tie de Mutants Vol.2 : Riot est salu­taire. En plus d’avoir cette con­no­ta­tion politico-sociale, elle coïn­cide avec les événe­ments Band­camp Fri­day, où la plate­forme renonce à ses béné­fices sur les dis­ques ven­dus tous les pre­miers ven­dredis du mois (en juil­let dernier, le site a annon­cé le pro­longe­ment de ses Band­camps Fri­days sur toute l’an­née, voir ici).

Cette mix­tape com­porte 44 titres  (soit 12 de plus que la pre­mière, et c’est bon signe) d’artistes activistes ou sen­si­bles à la scène Queer, dont Arca elle-même, artiste con­tem­po­raine trans­genre, musi­ci­enne, pro­duc­trice pour Kanye West, Björk ou F.K.A Twigs, et qui a sor­ti KiCk i en juin dernier. On retrou­ve Emma DJ, le parisien sur tous les fronts puisqu’il a sor­ti un nou­v­el album ovniesque avant-hier sur le label lyon­nais BFDM. D’autres jeunes tal­ents français sont égale­ment présents, comme le Tourangeau Katuchat et le Ren­nais Makin­ist. Pour le reste, des artistes venus des qua­tre coins du monde et peu con­nus du grand pub­lic com­plè­tent Mutants Vol.2 : Riot, comme l’Américain One Child Pol­i­cy et la Néer­landaise Miss Jay. La sélec­tion nav­igue entre hip-hop, néo Rnb, IDM ou futur bass, qui ne sont que quelques-unes des sonorités qui dépeignent la scène ball­room Queer, d’une générosité musi­cale presque infinie.

 

À lire également
Emma DJ : toujours plus de limites dépassées avec ce nouvel album 

 

Les béné­fices seront rever­sés à plus de 50 asso­ci­a­tions car­i­ta­tives pour la défense des com­mu­nautés noires et trans, ain­si que pour celle des tra­vailleuses du sexe via ActBlue.

(Vis­ité 1 099 fois)