DR

Cet été à Paris, 5 600 m² d’open air accueilleront les meilleurs collectifs électroniques 🇫🇷

Le col­lec­tif élec­tron­ique français New­track qui gérait l’im­mense lieu parisien de 5600 m2 Bor­der City, revient avec Mer­cury pour une nou­velle vie. Ce qui était le spot le plus emblé­ma­tique de la teuf parisi­enne à l’ère du Covid-19 de l’été dernier risque bien de nous hap­per com­plète­ment cette année, tant les ambi­tions du spot ont été revues à la hausse.

Bor­der City est morte, longue vie à Mer­cury ! (Ré)ouverture a pri­ori fin mai pour ce lieu de 5 600 m2 au Docks de Paris, qui sera prob­a­ble­ment une nou­velle fois le phare des teufeurs de la cap­i­tale cet été. New­track, le col­lec­tif qui gérait la Bor­der City a eu le temps durant ce long hiv­er de restric­tions de prévoir un pro­gramme dan­tesque jusqu’à l’au­tomne, puisque le clos­ing se fera le 31 octo­bre, le jour d’Halloween.

New­track imag­ine ce nou­veau lieu comme une de ces villes fic­tives des­tinées à tester l’arsenal nucléaire améri­cain durant la Guerre Froide. Après l’apoc­a­lypse nucléaire (ou du Covid si vous préférez), Mer­cury est la seule à s’en être sor­tie et s’est faite colonis­er par une bande de joyeux fêtards. Avec son mag­nifique pro­gramme de pas moins de 120 dates con­tre les 29 de Bor­der City en 2020, c’est “le spot de la matu­rité”, nous con­fie le col­lec­tif au téléphone.

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par Mer­cury (@mercuryeventfr)

Pour l’in­stant, le lieu devrait ouvrir comme espace de vie en journée, avec les buvettes, les espaces d’ac­tiv­ités et de chill-out, car les restric­tions con­cer­nant la danse sont tou­jours en vigueur. Mais le col­lec­tif nous assure vouloir lancer les soirées et con­certs au plus vite avec des négo­ci­a­tions actuelle­ment en court avec la pré­fec­ture. Et elles seraient en bonne voie, puisqu’ils étaient repar­tis en de bons ter­mes avec les autorités l’an­née dernière. En effet, sans avoir eu d’in­ci­dent notable dans l’en­ceinte de Bor­der City, New­track fait fig­ure de con­fi­ance et de sécu­rité pour les pou­voirs publics, alors qu’à la même péri­ode les raves s’en­chaî­naient dans le parc de Vin­cennes. De notre pro­pre expéri­ence, la sécu­rité avait des con­signes strictes quant au port du masque par les participants.

Changement d’échelle

Petit spot devien­dra grand : “Le change­ment se trou­ve prin­ci­pale­ment dans les infra­struc­tures.” Cette année, le col­lec­tif a eu cinq mois pour mon­ter le pro­jet alors qu’il n’avait eu que trois semaines pour met­tre en place Bor­der City. La tente de karaoké ou les stands de restau­ra­tion de l’an­née dernière seront donc agran­dis, et divers espaces seront ajoutés, notam­ment une fan zone équipée d’un grand écran pour suiv­re les matchs de l’Eu­ro et les jeux olympiques de Tokyo. De même, pour assur­er la sécu­rité des clubbeurs, deux safe zones seront instal­lées : l’une pour que les per­son­nes ren­trant seules puis­sent atten­dre leur taxi sere­ine­ment ; et une autre dans l’en­ceinte même du lieu, organ­isée par les asso­ci­a­tions de préven­tion ACT RIGHT et Fêtez Clairs, pour ceux qui se sen­ti­raient mal ou men­acés. New­track veut que “tout le monde se sente en sécu­rité”.

Avec ce niveau d’am­bi­tion revu à la hausse, la pro­gram­ma­tion suiv­ra aus­si, puisque Mer­cury sera ouverte à par­tir de 11h le mer­cre­di matin jusqu’au dimanche soir, tous les jours avec de rapi­des inter­ludes net­toy­age entre les moments de détente et les soirées. Une ouver­ture en matière de pro­gram­ma­tion musi­cale surtout, avec des con­certs de rap, de rock ou de pop tous les mer­cre­dis. Le club­bing reste néan­moins maître des lieux et de nom­breux acteurs du monde de la nuit seront invités à en pren­dre les com­man­des : chaque jeu­di sera con­fié à un col­lec­tif élec­tron­ique qui aura carte blanche. La pro­gram­ma­tion des pre­miers ven­dredis du mois sera con­fiée à des clubs (comme le Rex) ; le deux­ième à des fes­ti­vals (comme Château Per­ché) ; un autre sera piloté par Under­scope, la struc­ture cura­trice fondée par l’an­cien pro­gram­ma­teur de Con­crete, Brice Coud­ert ; et le dernier par le label Nad­sat. Les samedis soirs seront tech­no, avec notam­ment le col­lec­tif Pos­ses­sion qui devrait offici­er ; et les dimanch­es réservés au dis­co et à la house avec Dure Vie, Vryche et New­track eux-mêmes. Vous savez où nous trou­ver cet été.

 

À lire également
Cet été, le festival Peacock Society se réinvente en open air et déménage

 

(Vis­ité 2 438 fois)