Skip to main content
©Léo Marsal
27 avril 2021

🔊 Cette compile dark disco des Lyonnais de Hard Fist est pile ce qu’il nous fallait

par Antoine Barsacq

Vendredi dernier est sorti le deuxiĂšme volume de La Danse, la compilation du label lyonnais Hard Fist. Un poing lĂ -oĂč-je-pense, peut-ĂȘtre pas, mais une bonne claque qui donne envie de danser.

Depuis quatre ans, le label Hard Fist a fait son chemin dans le monde des musiques club, avec Ă  son actif neuf sorties vinyles et quatre sorties digitales d’artistes du monde entier. Les deux boss du label Tushen RaĂŻ et Cornelius Doctor ont ainsi crĂ©Ă© une petite communautĂ© internationale, rassemblĂ©e autour d’une fascination pour les musiques folkloriques qui marquent les rassemblements spirituels et les rites traditionnels de fĂȘte. Cela s’en ressent tout d’abord dans le son que dĂ©fend le label : pensez mystique, tribal voire dĂ©rangeant pour les cĂ©lĂ©brations les plus Ă©sotĂ©riques. De mĂȘme, l’identitĂ© visuelle du label rĂ©alisĂ©e par le Français LĂ©o Marsal reflĂšte parfaitement ces rĂ©fĂ©rences : des pochettes bariolĂ©s de symboles de la nature, de reprĂ©sentations animales ou ancestrales qui nous Ă©voquent la mythologie grecque.

Hard Fist

Avec cette compilation, le label dĂ©fend la culture club, essentielle selon eux par le rĂŽle social de la danse depuis les dĂ©buts de l’humanitĂ©. La Danse 2, dans la continuitĂ© du premier opus sorti au court du premier confinement, se veut donc comme un tribut au dancefloor, pour le ramener Ă  la vie aprĂšs une annĂ©e moribonde. Pour le ressusciter, il faudra danser pour libĂ©rer le corps et l’esprit, dans une transe incontrĂŽlable et dĂ©sinhibĂ©e. Seul crĂ©do du label : « Danse ou casse-toi ! »

 

À lire Ă©galement
Cet album de Lion’s Drums enregistrĂ© au sein d’une tribu en pleine jungle colombienne

 

On y retrouve donc 11 tracks aux kicks 4/4 mĂ©thodiques, comme le pesant et basseux  « Radical Tom » du Lituanien Roe Deers, artisan d’une musique dark disco. Le boss Tushen RaĂŻ et Neskeh, dont c’est la premiĂšre apparition discographique, signent aussi une collab dans le mĂȘme style, en featuring avec la Lyonnaise Warum. On pourra aussi noter la prĂ©sence de Lion’s Drums alias Abstraxion (alias Harold BouĂ©) avec « Levitation », le rĂ©sident Tsugi Radio qui nous avait rĂ©galĂ© avec son album Ă©laborĂ© Ă  partir de field recordings de la jungle colombienne. On ne pourra pas le nier, le label est honnĂȘte sur ses influences : on est plongĂ© dans une expĂ©rience tribale mystique d’une belle cohĂ©rence, dans un style nu-disco dĂ©licieusement sombre.

Visited 11 times, 1 visit(s) today