Skip to main content
© Capture d'écran du Tiny Desk (Home) Concert de NPR
12 juillet 2022

Cette session live d’Animal Collective, intimiste et habitée chez NPR

par Juliette Soudarin

La musique organique d’Animal Collective s’invite au musée grâce au live Tiny Desk (Home) Concert de NPR. Un live intimiste qui met à l’honneur le dernier opus du groupe Time Skiffs.

Depuis vingt ans maintenant, Animal Collective voyage entre les genres et les sonorités – de l’indie à l’art pop, en passant par le psychédélisme –  mais toujours de manière expérimentale. Et en février de cette année, le groupe nous offrait le magnifique Time Skiffs. Un album sonnant comme une aventure à travers des bois enchantés. Un conte surréaliste, à la Max et les Maximonstres. On est enveloppé par – ou on tripe sur, au choix –  des bruits de métal, des souffles étranges, des ruissellements d’eau, des xylophones et des claviers organiques. Un travail des textures bizarres qui rappelle en un sens celui de la galloise Cate Le Bon et son EP Here it comes again avec Group Listening. Et pour leur Tiny Desk (Home) Concert pour NPR – il était temps !-  Animal Collective a décidé de nous emmener, non pas dans les bois, mais dans le décors street-art et bruts du Musée d’art contemporain du Massachusetts (à découvrir ci-dessous).

 

À lire également
Fight Club : le nouvel Animal Collective, pour ou contre ?

 

Un décor industriel qui tranche avec l’esprit de ce dernier opus. Cependant l’étrange n’est jamais loin puisque, à la manière d’une performance, leur prestation est accompagnée par les origamis d’un personnage mystérieux. Cape colorée, visage bleu, il découpe du papier tout au long de ce live de quinze minutes, où le quatuor interprète les titres « Dragon Slayer », « Car Keys » de Time Skiffs et l’inédit « Kings Walk ». Si dans l’album, « Dragon Slayer » et « Car Keys » sont deux titres distincts, Animal Collective les joue ici comme en seul long morceau. Les chansons s’enchainent sans qu’on ne s’en aperçoive. Enfin le set se conclue par un titre que seuls les fans ayant assisté à un de leurs concerts depuis 2019 connaissent. En effet « Kings Walk » ne figure sur aucun EP ou album : c’est une composition live presque a cappella tant l’instrumentation est abstraite où les membres se répondent, de cordes vocales à cordes vocales. Bref un live intimiste, organique et bizarre, à l’image du groupe. On a juste hâte de voir Deakin, Panda Bear, Avey Tare et Geologist les 12 et 24 novembre prochains, respectivement au Grand Mix à Tourcoing et au Trabendo à Paris !

Visited 9 times, 1 visit(s) today