Skip to main content
©Alexandre de la Madeleine
6 septembre 2021

đŸ€ ChloĂ© : « C’est important de reconnaĂźtre les talents de la jeune gĂ©nĂ©ration »

par Patrice BARDOT

On fĂȘte cette annĂ©e la dixiĂšme Ă©dition du BPM Contest, le seul tremplin français consacrĂ© exclusivement aux nouveaux producteurs Ă©lectroniques. AprĂšs Vitalic en 2020, c’est ChloĂ© qui est la marraine d’un concours oĂč l’on a vu passer et parfois triompher Tez Cadey, Les Gordon, Mila Dietrich, French 79, ou encore Irene Dresel. La rĂ©putĂ©e productrice et DJ française nous explique son rĂŽle tout en portant un regard avisĂ© sur la nouvelle gĂ©nĂ©ration.

Pourquoi avoir accepté ce rÎle de marraine du BPM Contest 2021 ?

SĂ©bastien Roch, son fondateur, me l’avait dĂ©jĂ  plusieurs fois proposĂ©, mais cela n’avait pas pu se faire en raison du timing qui n’était pas bon. Cette annĂ©e marque les dix ans du BPM Contest et la nouvelle demande qui m’a Ă©tĂ© faite sous forme d’une lettre extrĂȘmement Ă©lĂ©gante m’a touchĂ©. Je crois aussi qu’avec ce que l’on a vĂ©cu lors de cette annĂ©e COVID, c’était bien de rĂ©pondre prĂ©sent et d’accepter cette jolie proposition pour soutenir les talents Ă©mergents.

C’est important ce rîle de transmission ?

Oui, trĂšs. Par exemple, Ă  mes dĂ©buts, Sextoy qui Ă©tait une grande DJ, m’a aidĂ©. Elle m’a prise sous son aile en m’invitant Ă  des soirĂ©es et en parlant pas mal de moi, notamment aux filles du Pulp. Je crois c’est important de reconnaĂźtre les talents de la jeune gĂ©nĂ©ration et de leur apporter une sorte de lumiĂšre. C’est le principe mĂȘme du BPM Contest.

« Un bon producteur n’est pas obligatoirement un bon DJ et inversement. »

©Alexandre de la Madeleine

Comment percer lorsque l’on est un jeune producteur ?

Pendant longtemps, on a bien dissociĂ© l’activitĂ© de producteur et celle de DJ. Aujourd’hui, tout est mĂ©langĂ©. Il y a beaucoup de confusion lorsque des DJ’s disent qu’ils sont en train de produire alors qu’ils font un set, ou lorsque l’on dĂ©crit comme un “live” un DJ set. Ce qui important, c’est de reconnaĂźtre la spĂ©cificitĂ© du producteur et qu’il puisse s’exprimer. Le BPM Contest permet justement de pousser les producteurs Ă  aller plus loin. Ces nouveaux talents ont la chance de possĂ©der aujourd’hui des outils plus accessibles pour composer de la musique Ă©lectronique ou ĂȘtre DJ. Quand j’ai dĂ©marrĂ©, c’était avec un ordinateur Atari et des sampleurs. Il fallait investir dans des machines et quand tu dĂ©butes, tu n’as pas forcĂ©ment beaucoup d’argent donc c’était compliquĂ©. Pour revenir Ă  ta question, depuis que j’ai lancĂ© mon label LumiĂšre Noire, je reçois beaucoup de maquettes. Je ne peux malheureusement pas tout Ă©couter, mais j’essaie au maximum d’effectuer des retours constructifs en essayant de donner des petits conseils. Quand j’entends des productions, parfois je n’aime pas trop le morceau, mais je sens qu’il y a du potentiel et je reste en contact avec la personne. Cela permet de tisser des liens de transmission et je trouve cela trĂšs chouette. Évidemment, ce qui a changĂ© par rapport Ă  mes dĂ©buts, c’est l’explosion des rĂ©seaux sociaux, et des tutos. C’est gĂ©nial, si j’avais pu bĂ©nĂ©ficier de cela Ă  l’époque, cela m’aurait Ă©vitĂ© d’aller sans arrĂȘt dans les boutiques pour avoir des informations pour comprendre ce qu’est le MIDI.

C’est plus facile ou plus difficile de percer par rapport Ă  tes dĂ©buts ?

Je pense que c’est plus difficile. MĂȘme si on voit des phĂ©nomĂšnes oĂč un producteur cartonne avec juste un seul morceau. Il va se mettre Ă  tourner alors qu’il ne sait pas forcĂ©ment construire un live ou un DJ set. Cela conduit quand mĂȘme Ă  un certain nivellement par le bas. Je connais trĂšs bien Ă  la fois le mĂ©tier de DJ et celui de producteur, ils sont liĂ©s, mais complĂštement diffĂ©rents. Un bon producteur n’est pas obligatoirement un bon DJ et inversement.

Est-ce que pour un.e jeune artiste le challenge c’est de durer ?

Oui bien sĂ»r, mais c’est aussi de s’amuser


©Alexandre de la Madeleine

Quel regard portes-tu sur les jeunes producteurs ?

Je les trouve assez impressionnants, parce que techniquement ils sont trĂšs forts. Je suis assez bluffĂ© par le son. Parfois ils sont meilleurs que nous Ă  leur Ăąge sur les techniques de mixes. Certains font mĂȘme Ă  la fois la prod, le mix et le master.

« Il faut ĂȘtre exigeant sur les sons. »

Quels sont les conseils que tu donnerais à cette jeune génération ?

D’ĂȘtre le plus singulier possible, et de s’écouter un maximum. Il faut ĂȘtre exigeant sur les sons. Il ne faut pas tout miser sur un mix ou un mastering parfait. Il y a la compo, mais il faut aussi se prendre la tĂȘte Ă  se crĂ©er des bibliothĂšques de sons et Ă  choisir les bons, de savoir comment les traiter pour arriver Ă  crĂ©er une production originale. C’est pour cela qu’aujourd’hui il y a beaucoup de choses trĂšs bien, mais il y en a peu qui sortent du lot. Et quand c’est le cas, c’est parce qu’il y a une diffĂ©rence dans le traitement de son. Pour chaque morceau, il faut se demander comment ils vont rĂ©sonner, quelle est la frĂ©quence que l’on va mettre, quels effets de delay, de chorus, de distorsion. Il faut vraiment passer du temps lĂ -dessus. Cela peut ĂȘtre chiant pour certains qui prĂ©fĂšrent jouer tout de suite. Mais parfois il y a des compos qui sont super, et qui sont gĂąchĂ©es par le choix de sons ordinaires. Enfin, je leur dirai que c’est un mĂ©tier oĂč il y a beaucoup de concurrence et peu d’élus, donc il peut ĂȘtre utile au moins au dĂ©but d’avoir un autre job Ă  cĂŽtĂ©.

On va terminer par ton actualité 

Le 29 octobre, je sors sur LumiĂšre Noire Sequenza, mon album avec la percussionniste Vassilena Serafimova. J’ai aussi beaucoup de remixes pour Étienne Daho, Pier Faccini, Feu! Chatterton de prĂ©vus. Je me suis Ă©galement occupĂ© de la BO du film Arthur Rambo de Laurent Cantet qui sortira dĂ©but dĂ©cembre. Du reste, j’ai imaginĂ© la musique d’un spectacle de danse et je viens de rĂ©aliser la signature sonore de France Culture. Et bien sĂ»r, il y a les DJ sets qui reprennent comme le 24 septembre Ă  Paris oĂč je joue Ă  la Menergy.

Visited 27 times, 1 visit(s) today