Skip to main content
21 août 2012

Chronique : Redshape – Square

par rédaction Tsugi

S’il fait le buzz sur la planète techno depuis le milieu des années 00 en cultivant l’anonymat derrière son célèbre masque rouge, Redshape n’est pourtant pas l’un de ces producteurs surestimés, obligés de jouer la surenchère esthétique pour susciter l’intérêt. Le Berlinois a un réel talent comme en témoigne sa longue discographie et notamment The Dance Paradox, son premier album qui présentait en 2009 une techno post-minimale sous influence Detroit tendance Carl Craig et Berlin sauce Maurizio. Square voit Redshape élargir son champ des ­possibles, défrichant de nouveaux territoires. À ce titre, le morceau “Until We Burn” est sans doute le plus surprenant de tous : un dub électronique déviant avec le MC Space Ape du label londonien Hyperdub au micro. Expérimental encore un peu plus sur “Paper”, pièce de techno midtempo métallique, sans oublier de jolis moments de bravoure downtempo et ­climatiques – “Atlantic”, “Moods & Mice” et dans les nombreux interludes aérant l’album. Il reste aussi un peu de place pour de la techno redshapienne plus classique, sur “It’s A Rain”, “Starsoup” et la version réarrangée d’un titre déjà paru en 2006, “The Playground”, belle conclusion d’un album exigeant et racé. (Nicolas Bresson)

Square (Running Back/La Baleine)

Visited 4 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply