Chronique : The Bewitched Hands — Vampiric Way

L’épreuve du deux­ième album” : ce con­cept vieux comme Math­usalem prend tout son sens avec ce Vam­pir­ic Way des Bewitched Hands, l’un des coups de cœur de la rédac­tion il y a deux ans. Le sex­tet a lâché le cama­rade Yuk­sek pour s’attacher les ser­vices de Julien Delfaud (Her­man Dune, Phoenix) à la pro­duc­tion. Si le cuis­tot a changé, la haute cui­sine psyché-pop pas­torale reste tou­jours au menu (“West­min­ster”, “Mod­ern Dance”) et les Rémois passent haut la main le cap de la deux­ième étoile. On a par­ti­c­ulière­ment appré­cié lorsque les chœurs se font plus dis­crets, que leur “wall of sound” laisse respir­er leurs com­po­si­tions comme sur “Boss” ou le déli­cat “Hard Love” (notre préféré). Puis il y a ces ful­gu­rances comme “Ah ! Ah ! Ah ! Ah !” et son faux air de “Dal­las ton univers impi­toy­able”, ou le dis­coïde “Vam­pir­ic Way” à l’irrésistible allure de tube. Les mains ensor­celées ont non seule­ment soigné les formes mais aus­si esquis­sé ce que pour­rait être leur futur. On va quand même atten­dre d’avoir épuisé tout le charme de cette belle réus­site avant de leur deman­der de songer à leur troisième album. Celui de la matu­rité. (Jacques Drujon)

Vam­pir­ic Way (Sony Music)

(Vis­ité 230 fois)