Connan Mockasin dévoile le langoureux “Charlotte’s Thong”, extrait de son album-concept

Dessous, bot­tle­neck et pop six­ties. Après “Con Conn Was Impa­tient” pub­lié en août, le maître du chill revient avec “Char­lot­te’s Thong”, indo­lente balade de neuf min­utes. Con­nan Mock­asin ‑qu’on avait aperçu dans le clip “Lit­tle Dark Age” de MGMT- ajoute une deux­ième pièce à son troisième album Jass­busters, qui sor­ti­ra le 12 octo­bre chez Mex­i­can Sum­mer. Un album-concept, con­stru­it autour d’un groupe fic­tif for­mé par des pro­fesseurs de musique et mené par un dénom­mé Bostyn. Le disque est intrin­sèque­ment lié à Bostyn ’n Dob­syn, film mélo­dra­ma­tique en cinq épisodes imag­iné par Mock­asin, dans lequel il joue logique­ment le rôle de Bostyn.

La “Char­lot­te’s Song” s’est pro­gres­sive­ment trans­for­mée en “Char­lot­te’s Thong” (“Le string de Char­lotte”) dans l’e­sprit mali­cieux du Néo-Zélandais. C’est une chan­son qu’on croirait arrachée à la fin des six­ties : un morceau pop psy­ché élé­gant, lan­goureux et sin­ueux. L’introduction brumeuse, sans aucune voix, dure près de deux min­utes pour bercer l’au­di­teur dans les remous d’une mélodie sim­ple en accords majeurs. Alors quand vien­nent s’a­jouter un bot­tle­neck clin­quant et une voix douce, vaporeuse, toute en retenue, on est défini­tive­ment hap­pés dans cette chan­son moelleuse… Entre Mac DeMar­co et Dire Straits sous val­i­um.

Les huit titres de Jass­busters ont été enreg­istrés live en seule­ment une semaine, il y a deux ans à Paris aux Stu­dios Fer­ber, moins d’un mois après le tour­nage de Bostyn ‘n Dob­syn. On attend donc impatiem­ment le 12 octo­bre, pour se ruer sur les bacs à disque et dans les salles obscures. Pré­com­man­dez l’al­bum en suiv­ant ce lien, décou­vrez pochette et track­list ci-dessous, et retrou­vez Con­nan Mock­asin au Café de la Danse le 25 octo­bre. 

 

 

Track­list :

1. Charlotte’s Thong
2. Momo’s
3. Last Night
4. You Can Do Any­thing
5. Con Conn Was Impa­tient
6. B’nD
7. Sexy Man
8. Les Be Hon­est

 

 

 

(Vis­ité 599 fois)