Skip to main content
8 avril 2019

Coup de pouce : Celeste

par Axel Pares

Parfois on tombe dans nos mails sur un morceau, un clip ou un artiste qui nous colle à notre chaise. Alors on en parle, tout simplement, comme ici avec Celeste. Ce sont les  « coups de pouces » de la rédac’.

Comment faire aimer la soul à ceux qui n’aiment pas la soul ? Celeste a peut-être une partie de la réponse. La jeune artiste de Brighton pourrait en effet facilement faire succomber bon nombre de réfractaires à ce style grâce à sa simple voix. Chaude, profonde et parfois un peu écorchée, celle-ci cristallise une mélancolie intense avec un naturel désarmant. Si on ignore encore le secret de la chanteuse, on ne peut qu’admirer sa maîtrise du vibrato ou la puissance de son timbre – qui lui ont valu quelques comparaisons avec Amy Winehouse.

D’ailleurs son talent a été remarqué dès son plus jeune âge. Alors qu’elle a tout juste seize ans, l’un de ses morceaux mis en ligne sur internet tombe dans l’oreille de son futur manager qui l’incite à se professionnaliser. Des années plus tard, Annie Mac décide de jouer sa musique dans son émission New Names sur BBC Radio 1. Aujourd’hui, ses derniers clips cumulent des centaines de milliers de vues et Jorja Smith n’hésite pas à lui afficher son soutien.

Côté sorties, Celeste est d’abord passée par Bank Holiday, le label de Lily Allen. Elle a depuis changé de maison de disques et a signé sur Mercury pour son dernier EP, publié en mars dernier. Intitulé Lately, ce maxi est une bonne porte d’entrée dans son univers et permet de découvrir toute l’étendue de sa palette vocale. Sur des instrumentaux de jazz sobres et minimalistes, la chanteuse rend hommage aux légendes de la soul qui ont bercé son enfance comme Aretha Franklin. Espérons maintenant que son succès ne soit pas aussi tardif que le sous-entend le titre de son EP.

Et si vous êtes plutôt Spotify :

Visited 41 times, 1 visit(s) today