Crédit : Rod Maurice

Coup de pouce : Irène Drésel

Par­fois, on tombe dans nos mails ou totale­ment par hasard sur un morceau, un artiste ou un clip qui nous colle à notre chaise. Alors on en par­le, tout sim­ple­ment, comme aujourd’hui avec la tech­no flo­rale d’Irène Drésel. Ce sont les “coups de pouce” de la rédac’.

Des hangars, de la sueur qui per­le sur les murs, il fait chaud, tout est gris, béton et obscu­rité. Voilà à quoi ressem­ble, en 2018, un bon nom­bre de soirées tech­no. Mais pas chez Irène Drésel : pour son con­cert au fes­ti­val Panora­mas, fin avril, la pro­duc­trice française avait instal­lé tout un jardin sur scène, avec fleurs et robes de naïades pour elle, son per­cus­sion­niste et sa flûtiste. Oui, vous avez bien lu. Sur scène, elle s’accompagne d’une amie joueuse de flûte à bec, pour un résul­tat plus organique et psy­chédélique qu’un sim­ple live machine. Car là est toute l’ambition d’Irène Drésel : ramen­er un peu de nature et de sen­su­al­ité dans un genre par­fois trop mar­tial pour cette pro­duc­trice et plas­ti­ci­enne vivant à la cam­pagne, loin de Paris et de son stress urbain. Ain­si, tech­no “flo­rale”, mys­ti­cisme et boucles acid se côtoient pour un joyeux bor­del hyp­no­tique.

Mais ne lui col­lons pas trop vite l’étiquette de “hip­pie”, une case dans laque­lle elle ne se retrou­ve pas for­cé­ment — ou en tout cas c’est ce qu’elle nous racon­tait au micro de Tsu­gi Radio quelques heures avant le fameux con­cert mor­laisien. Depuis sa pre­mière appari­tion sur une com­pi­la­tion Explor­er du label InFiné, c’est avant tout la sen­su­al­ité qu’Irène Drésel cherche à retrou­ver dans la tech­no. Sur la pochette de son pre­mier EP, Rita, elle sem­ble en pleine extase. Sur scène aus­si. Et nous avec : à la fois mélodiques et cal­i­brés pour le dance­floor et la transe, ses morceaux, les deux petits derniers “Icône” et “Medusa” en tête, sont frontaux, effi­caces, un peu dark, très sexy. Tech­no impa­ra­ble et prêtresse mys­tique d’un cer­cle hédon­iste ? Le meilleur des deux mon­des.

Nous ne sommes vis­i­ble­ment pas les seuls à avoir eu un coup de coeur pour Irène Drésel : Rone l’a invitée à assur­er sa pre­mière par­tie au Zénith de Paris le ven­dre­di 15 juin prochain.

(Vis­ité 673 fois)