Coup de pouce : Lecomte de Brégeot

Par­fois, on tombe dans nos mails ou totale­ment par hasard sur un morceau, un artiste ou un clip qui nous colle à notre chaise. Alors on en par­le, tout sim­ple­ment. Ce sont les “coups de pouce” de la rédac’. 

Cela fait longtemps que Yan­nick Lecomte, aka Lecomte de Bré­geot, traîne ses sin­gles dans nos boîtes mail. Par manque de temps et de place, on n’avait jamais pu partager ses créa­tions… A moins que ce soit parce qu’on souhaitait les garder le plus longtemps pos­si­ble pour nous ? Quoiqu’il en soit, aujour­d’hui, ça y est : à l’oc­ca­sion de la sor­tie de “Car­ry On”, il était grand temps de par­ler du Lyon­nais, DJ et pro­duc­teur. Oscil­lant entre new wave, house et elec­tro, mais gar­dant tou­jours les petites influ­ences 80’s d’un mec biberon­né au Depeche Mode et Joy Divi­sion, Lecomte de Bré­geot sem­ble égale­ment s’être pris, comme beau­coup, la French Touch en pleine poire. De tout ce mélange est née une (pour le moment) courte discogra­phie hyper var­iée, mar­quée cepen­dant par un amour com­mun : celui des lignes de bass­es gran­uleuses, qu’on imag­in­erait presque par­tir dans des envolées acid… Un jour peut-être !

Après un pre­mier EPThere Was A Day, sor­ti l’an­née dernière sur le label bor­de­lais Box­on Records — avec un morceau-titre chan­té par Made­moi­selle B et irré­sistible, que l’on vous a copié ci-dessus -, Lecomte de Bré­geot a égale­ment sor­ti un clip tout en choré­gra­phies. Et ce n’est pas un hasard si on partage ça un ven­dre­di soir : non seule­ment son noble nom est à retenir pour briller ce week-end, mais sa musique donne aus­si drôle­ment envie de se remuer !

(Vis­ité 1 003 fois)