Coup de pouce : Park Hotel

Par­fois on tombe dans nos mails sur un morceau, un clip ou un artiste qui nous colle à notre chaise. Alors on en par­le, tout sim­ple­ment, comme ici avec Park Hotel. Ce sont les “coups de pouces” de la rédac’.

Il y a des morceaux qui met­tent en joie instan­ta­né­ment, quelle que soit votre humeur. C’est le cas du pre­mier EP du groupe anglais Park Hotel. Com­posé de la Barcelon­aise Rebec­ca Marcos-Roca et du Lon­donien Tim Abbey, ce tout jeune duo for­mé en 2016 com­mence à faire couler de l’en­cre outre-manche. Après des retours posi­tifs sur son morceau “Going West” en 2017, il intè­gre le label français Kit­suné qui lui per­met de sor­tir “Good Peo­ple Bad Dream” via Kit­suné Hot Streams. Ce sin­gle est arrangé par le pro­duc­teur ital­ien Tom­ma­so Col­li­va, con­nu pour son tra­vail auprès de Phoenix, Franz Fer­di­nand ou Jesus & Mary Chain. Dans la foulée, le groupe se pro­duit dans divers fes­ti­vals et salles de con­certs comme La Mag­nifique Soci­ety, Les Bains, This Is Not A Love Song ou encore La Route du Rock, pour laque­lle il joue une ses­sion live filmée par Arte.

Aujour­d’hui, Park Hotel étoffe sa discogra­phie nais­sante avec le maxi Noth­ing To Lose. Cinq titres influ­encés par les sonorités dis­co new-yorkaises de LCD Soundsys­tem, l’én­ergie de Hot Chip et la syn­th­pop des années 80. On y trou­ve des mélodies catchy à souhait et une pro­duc­tion mod­erne, mal­gré l’ap­pé­tence du groupe pour les syn­thés vin­tage. Les morceaux s’en­chaî­nent avec flu­id­ité, au car­refour du groove impa­ra­ble de “Turn Back Time” et de la sen­su­al­ité de “My Mind”. Autant le dire : on sait main­tenant ce qui va tourn­er cet été au bord de la piscine.

Park Hotel sera en con­cert le 7 févri­er au 1999 à Paris. Plus d’in­for­ma­tions sur l’événe­ment Face­book.

Et si vous êtes plutôt Spotify :

(Vis­ité 375 fois)