Crédit : Alice Coulet

Coup de pouce : Penelope Antena

Par­fois on tombe dans nos mails sur un morceau, un clip ou un artiste qui nous colle à notre chaise. Alors on en par­le, tout sim­ple­ment, comme ici avec Pene­lope Ante­na. Ce sont les “coups de pouce” de la rédac’.

Chez Tsu­gi, on a un faible pour ces artistes qui font de leur voix un véri­ta­ble instru­ment. C’est le cas de Pene­lope Ante­na, qui vient tout juste de sor­tir son pre­mier album Ante­lope. La voix, c’est bien l’élé­ment cen­tral autour duquel toute sa musique aux inspi­ra­tions lo-fi s’ar­tic­ule. Avec une pro­duc­tion min­i­mal­iste, le résul­tat est onirique. La pro­duc­trice s’est en effet retirée dans la forêt, seule pen­dant un an, pour créer les dix titres qui com­posent ce disque. Et cela se ressent. Impos­si­ble d’ig­nor­er les influ­ences folk qui tein­tent ce long-format, le ren­dant à la fois mélan­col­ique et rêveur.

Ces inspi­ra­tions, Pene­lope Ante­na les porte dans ses veines. Fille de la chanteuse et musi­ci­enne de jazz Isabelle Ante­na et petite-fille de Marc Moulin, com­pos­i­teur de jazz et de musique élec­tron­ique, il lui était dif­fi­cile d’échap­per à cet univers. C’est d’ailleurs avec les cas­settes de son grand-père qu’elle a pro­duit Ante­lope, ain­si qu’avec les instru­ments de ses par­ents : des syn­thé­tiseurs SH09 et DX7. Con­stru­it comme une boucle, l’al­bum s’ou­vre sur “June’87” où la musique, dis­crète, laisse la place à une voix mod­i­fiée, étirée, trans­for­mée. Il se ter­mine avec “So It Ends” où cette même voix est cette fois-ci mul­ti­pliée, et où la pro­duc­tion s’est presque volatil­isée.

Troisième titre d’Ante­lope, “The Cedars” est peut-être celui où la pro­duc­tion est la plus présente. Toute en douceur, des per­cus­sions loin­taines accom­pa­g­nent les voix éthérées. Réal­isé par FRAME pic­tures (spé­cial­isé dans l’il­lus­tra­tion, la pho­togra­phie et le design graphique), le clip nous amène dans une forêt, le temps d’un plan-séquence au ralen­ti filmé au drone. Trois min­utes d’équipée sauvage pour décou­vrir tout ce que ren­ferme l’u­nivers de la musi­ci­enne, entre douceur, nature et rêver­ie.

Et si vous êtes plutôt Spo­ti­fy :

(Vis­ité 437 fois)