Coup de pouce : Régina Demina

Par­fois, on tombe dans nos mails ou totale­ment par hasard sur un morceau, un artiste ou un clip qui nous colle à notre chaise. Alors on en par­le, tout sim­ple­ment. Ce sont les “coups de pouce” de la rédac’.

Avec Régi­na Dem­i­na, l’art n’a pas de fron­tière. Quoi de plus logique pour une fille de réfugiés poli­tiques ukrainiens exilés en France et qui a passé son enfance dans un flou juridique la lais­sant sans nation­al­ité fixe ? Diplômée du Fres­noy — Stu­dio nation­al des arts con­tem­po­rains, cette actrice de for­ma­tion est aus­si danseuse.  La touche-à-tout s’est lancée en auto­di­dacte dans le court-métrage et ses films ont été présen­tés dans divers fes­ti­vals. On retrou­ve aus­si l’artiste der­rière plusieurs instal­la­tions à l’im­age d’ALMA, une pièce sans acteur qui lui a per­mis de rem­porter le prix des jeunes tal­ents de l’ADAGP en tant que révéla­tion Arts numériques 2016. C’est donc presque naturelle­ment que Régi­na Der­mi­na s’est aus­si tournée vers la musique.

Elle dévoile L’été Meur­tri­er, un pre­mier EP dont le nom fait référence au film éponyme de 1983 avec Isabelle Adjani et Alain Sou­chon. Avec ce disque pro­duit Marc Collin et sor­ti sur le label Kwaidan Records (Corine, La Féline, Nou­velle Vague, etc.), Régi­na Dem­i­na offre une pop élec­tron­ique ryth­mée par des syn­thé­tiseurs qui n’ont rien à envi­er à ceux de Gior­gio Moroder. Mais si l’EP s’in­scrit dans la syn­th­pop, sa noirceur n’est pas sans rap­pel­er l’e­sprit de la tech­no. Il faut dire que pour la chanteuse, L’été Meur­tri­er est aus­si le pro­longe­ment d’un univers artis­tique glob­al où les morceaux vien­nent réson­ner avec ses précé­dentes œuvres. Le disque reprend ain­si ses thèmes fétich­es : la soli­tude et le ques­tion­nement de la beauté. De la pre­mière piste “Pyro­mane” à sa reprise de “Tan­dem” de Vanes­sa Par­adis, la chanteuse livre donc une musique som­bre. Que ce soit en musique ou avec ses autres travaux créat­ifs, Régi­na Dem­i­na cul­tive l’esthétique de la vio­lence et le choc émo­tion­nel. Sur “Stock­holm” elle chante “c’est som­bre et c’est beau”. Voilà ce qui pour­rait par­faite­ment résumer L’été Meur­tri­er.

Vous pou­vez écouter L’été Meur­tri­er de Régi­na Dem­i­na juste ici :

Si vous êtes plutôt Spo­ti­fy :

(Vis­ité 1 133 fois)