©Richard Devine

Découvrez le premier média français entièrement dédié aux synthés modulaires

Ini­tiée par Philippe Petit, Mod­ulisme se veut être une plate­forme plurielle entre “label, radio et mag­a­zine” qui promeut un genre musi­cal qui “s’écoute plus qu’il ne se danse, (…) moins facile d’accès et que trop peu défendent.”

Elle met à dis­po­si­tion en écoute libre des ses­sions d’une heure “afin de met­tre en avant et réelle­ment se faire une idée de cha­cun des com­pos­i­teurs invités”. Ces ses­sions sont accom­pa­g­nées d’interviews menées par la curiosité et le savoir de Philippe Petit, tou­jours prompt à “propager la musique d’autrui”. 

Mod­ulisme est aus­si une émis­sion radio dif­fusée sur Res­o­nance FM (Lon­dres), Camp Radio (UK), Radio Panik (Brux­elles), Jet FM (Nantes), l’Ego des Gar­rigues (Mont­pel­li­er) et Cam­pus Grenoble.

Enfin, sont égale­ment disponibles gra­tu­ite­ment des ressources tech­niques et infor­ma­tives à des­ti­na­tion de tous les com­pos­i­teurs ou sim­ples curieux de ce genre musi­cal libre, et “aux pos­si­bil­ités infinies”. À vous de jouer maintenant.

Cap­ture d’écran du site de Modulisme

3 questions pour Philippe Petit de Modulisme

Mod­u­laire de Ben Carey / ©Mod­ulisme

Com­ment t’es venue l’idée de cette plateforme ?

Cela s’est fait par étape puisque la plate­forme se veut mul­ti­ple, à la fois label, radio et mag­a­zine… Depuis la fin de BiP_HOp et après avoir géré des labels pen­dant 25 ans (avant BiP_HOp, je tenais Pan­de­mo­ni­um Rdz), ne m’occuper que de ma musique ne me suff­i­sait pas. J’aime partager ma pas­sion musi­cale et aider à propager la musique d’autrui, celle moins facile d’accès et que trop peu défend­ent. Par­courant les forums, sites et autres, je voy­ais sou­vent des gens exhiber leurs sys­tèmes mod­u­laires sans vrai­ment en sor­tir de musique ou au mieux quelques brèves démos de leur patch du moment… Il me man­quait une plate­forme qui pro­pose de la musique, com­posée, jouée, pen­sée et pas juste du son ou de l’image, donc il sem­blait clair que Mod­ulisme devait exister.

J’aime partager ma pas­sion musi­cale et aider à propager la musique d’autrui, celle moins facile d’accès et que trop peu défendent.”

Par­mi les plus pres­tigieux artistes dans le genre « qui s’é­coute plus qu’il ne se danse », ont répon­du présents offrant leur musique : Bana Haf­far, Scan­ner, Mor­ton Sub­ot­nick, Benge, Suzanne Ciani, Doug Lyn­ner, The Elec­tric Weasel Ensem­ble (avec Don Buch­la), Todd Bar­ton, Kumo / Jono Pod­more, Warn­er Jep­son, Paul M. Young (Snakefinger/The Res­i­dents), André Stordeur…

Quelle est ton his­toire per­son­nelle avec le modulaire ?

Je me vois comme un « Agent de voy­age musi­cal » qui met en son l’instant. J’attache beau­coup d’importance au geste dans la com­po­si­tion et ma pre­mière ren­con­tre physique avec le mod­u­laire fut le Easel K, syn­thé­tiseur inven­té par Buch­la, qui peut être le plus vis­céral, per­me­t­tant de sculpter mes sons sur le moment, et de retran­scrire de façon tac­tile mon envie de voy­age ou de faire voy­ager l’autre.

Le mod­u­laire per­met de créer soi-même son instru­ment, tel un luthi­er électronique.”

Pour ceux qui ne con­naî­traient pas, peux-tu expli­quer à quoi ça sert exacte­ment ? Et ce qu’il est pos­si­ble de faire avec un modulaire ?

Toute la dif­férence entre un syn­thé­tiseur tra­di­tion­nel où toutes les connections-patch sont faites à l’intérieur et le joueur n’y a pas accès, et un sys­tème mod­u­laire est que le sec­ond est exten­si­ble et de fait rend tout pos­si­ble ou presque. Le choix des mod­ules et leur inter­con­nex­ion se fait de manière totale­ment libre dans le but de pouss­er plus loin les sché­mas tra­di­tion­nels. Le mod­u­laire per­met de créer soi-même son instru­ment, tel un luthi­er élec­tron­ique, donc l’important est de juste­ment bien cern­er ce que l’on souhaite en faire… J’aime cette phrase de Don Buch­la : « Any­thing is pos­si­ble, we are not lim­it­ed by tech­nol­o­gy, or instru­ments. We are lim­it­ed only by our mind­sets », soulig­nant que la lim­ite vient plutôt de l’approche com­po­si­tion­nelle que des pos­si­bil­ités de l’instrument.

(Vis­ité 829 fois)