Skip to main content
Capture d'écran de son DJ set pour In The Lab de Mixmag, mars 2020
16 novembre 2020

Dégoûté et en colère, la légende de la house Marshall Jefferson arrête sa carrière

par Théo Poddevin

Marshall Jefferson, la house légende de Chicago, stoppe sa carrière de DJ et producteur et dénonce une industrie discriminante où le racisme est systémique. 

Marshall Jefferson a publié la semaine dernière sur le site de Mixmag un communiqué expliquant qu’il mettait fin à sa carrière de DJ et producteur. Celui qui a composé l’inoubliable “Move Your Body”, véritable hymne (littéralement) de la house music, explique son ras-le-bol d’une industrie (celle de la house music en particulier) “devenue la capitale de la discrimination raciale dans l’industrie de la musique”. On peut y lire sa colère, son dégoût et sa lassitude.

« [La house music] est devenue la capitale de la discrimination raciale dans l’industrie de la musique. »

Dans un long texte argumenté, il raconte certains moments, décisifs dans son choix de quitter de l’industrie : “Il y a à peu près cinq ans, je jouais dans un énorme festival en Allemagne. Un DJ blanc très côté jouait sur la scène principale et je jouais pour ma part dans une autre salle plus petite, mais qui accueillait quand même au moins 4 000 festivaliers. L’autre DJ a littéralement vidé le dancefloor lors de son premier morceau. Les gens se sont tournés vers ma salle et j’ai passé un excellent set. Lorsque je lus un article à propos de l’événement dans un magazine de musique, il était dit que l’autre DJ avait fait un set exceptionnel et que le mien était horrible. Je me suis plaint et ai envoyé un message. Ils ont quand même publié l’article !” Il ajoute : “Est-ce du racisme ? Pas forcément », dit-il avant de préciser que « le DJ blanc avait un responsable publicité et marketing derrière lui. Je n’avais rien de tel. Les journalistes ont donc pensé qu’ils pouvaient dénigrer mon set parce que cela n’aurait aucune conséquence.”

« Les journalistes ont donc pensé qu’ils pouvaient dénigrer mon set parce que cela n’aurait aucune conséquence. »

Le producteur cite également Kevin Saunderson, un des pères fondateurs de la techno de Detroit, qui a lui aussi récemment parlé du racisme présent dans l’industrie, lors d’une interview à Billboard : « C’est comme si on pouvait presque sentir que quelqu’un éliminait littéralement les artistes et producteurs noirs et leur participation à la scène musicale d’aujourd’hui« . Marshall commente : « Je ne sais pas si c’est intentionnel ou non [le fait de chercher à éliminer les artistes noir.e.s de la scène, ndr], mais c’est clairement ce qui arrive dans le haut du panier« . Bien qu’il soit conscient des réalités économiques, il appelle l’industrie à se réveiller et à arrêter de “blanchir” toute la dance music : “Pour la dance music, laissez-la telle qu’elle est ! Ça a déjà marché auparavant !

 

À lire également
Tsugi Podcast 606 : Eddie Fowlkes, 4e père fondateur de la techno de Detroit

 

L’intégralité du communiqué est à lire ici.

Visited 49 times, 1 visit(s) today