Depuis les clubs de France vides, des DJs vont créer un dancefloor virtuel géant

Depuis le 18 mars dernier, le pro­jet Unit­ed We Stream pro­pose des lives depuis les clubs de Berlin pour soutenir le milieu de la nuit. En France, Technopol a repris le flam­beau et dif­fusera des lives à par­tir du 4 juin.

En parte­nar­i­at avec Arte Con­cert, l’association Technopol va dévelop­per le pro­jet Unit­ed We Stream pour les clubs français. L’initiative avait débuté en Alle­magne pour soutenir les clubs berli­nois. Dans ces deux pays, les clubs doivent rester fer­més durant la pandémie. Face à l’impossibilité des con­certs et lives en con­di­tions réelles, le pro­jet Unit­ed We Stream s’était ain­si lancée. « L’objectif est d’apporter de la musique – accom­pa­g­née d’une atmo­sphère de club – dans les apparte­ments et maisons et de soutenir les clubs berli­nois, les artistes et les organ­isa­teurs mal­gré la fer­me­ture des clubs », pré­cise le site du pro­jet. Depuis le 18 mars, presque un livestream par jour est ain­si dif­fusé en direct des clubs berli­nois, dont le Water­gate, le Kater Blau ou le Griess­muehle. Le pro­jet s’est dévelop­pé désor­mais sur 45 villes dans 15 pays dif­férents.

Dans cet élan, Technopol a donc décidé de repren­dre cette idée en l’appliquant à la France. Les lives débuteront à par­tir du 4 juin prochain. Les streams auront lieu du lun­di au same­di, de 19 à 23 heures, et l’après-midi pour la journée de dimanche. Durant deux mois, entre 34 et 36 streams seront enreg­istrés et dif­fusés sur Arte Con­cert. Par­mi les noms déjà révélés, on trou­ve côté Français Arnaud Rebo­ti­ni, Boom­bass (Cas­sius), Mari­na Trench, François X, Airod, Ascen­dant Vierge, AZF, Bamao Yende, Bam­bounou, Cassie Rap­tor, Darza­ck, Evil Gri­mace, François X, Kabylie Minogue, Krampf, Lac­ch­esi, Léa Occhi, Ma Cka, Mézigue, Paul Seul, Sen­ti­men­tal Rave, Shlo­mo, Teki Latex, U.R.Trax, Voiron ou encore Von Bikräv. Ces derniers pour­ront se pro­duire dans des salles bien con­nues du pub­lic dont le Bad­aboum, le Glazart, La Java, Le Kilo­watt, le Nexus, le Petit Bain, le Rex Club, ou encore le Wan­der­lust. Le pro­jet car­i­tatif a pour but de récolter des fonds, grâce aux dons et la monéti­sa­tion des lives streams, afin de venir en aide finan­cière­ment aux dif­férents acteurs du milieu comme les inter­mit­tents, artistes ou gérants de clubs.

Quant à la durée de cette ini­tia­tive, le prési­dent de Technopol Tom­my Vaude­crane explique dans un com­mu­niqué : “Unit­ed We Stream a pour but de ten­ter de faire repren­dre vie à ces lieux et à ces acteurs tout en générant des pistes de finance­ment nou­velles pour ces derniers. Mais en aucun cas ce genre d’initiative ne sera amenée à per­dur­er ou à se pro­fil­er comme solu­tion pérenne de rem­place­ment à l’activité des clubs et des artistes”.

(Vis­ité 648 fois)